Non classé

On ne s’attendait plus à rien, mais on est quand même déçu

0

Dans un stade rempli, aussi bien d’Ultras et de supporters voulant célébrer le retour des anciens champions, que de supporters opportunistes étant venus pour voir les joueurs de l’équipe adverse, le MHSC a tenté de jouer face à l’ogre parisien. Plus qu’un match avant la fin du calvaire de 2022.

L’habituel leitmotiv

Le match était déjà difficile en regardant la compo du MHSC. Pas de Teji, pas de Wahi. Mais malgré tout le MHSC commencera son match en cherchant haut sur le terrain. De quoi frustrer un peu plus les anti-PSG. Comme si 1 milliard d’euros ne suffisait pas à les mettre suffisamment en jambes : le premier but était inscrit à l’issue d’une double main parisienne. Aucune VAR, et un corner rapidement joué pour éviter tout débat. Paris ouvrait le score (0-1, 6′). Puis doublait la mise dans la foulée (0-2, 20′).

Mavididi trop seul et trop maladroit

Offensivement, Montpellier tentait de réagir. Après une mauvaise relance de Donnarumma, l’attaquant anglais déclenche une frappe à l’entrée de la surface de réparation. Son tir frôle le poteau droit du but du gardien parisien. Il aura une énorme opportunité par la suite sur une sortie ratée du gardien Italien. Peu avant, encore à 0-1, seul face au but vide, mais trop excentré, il manquait de vitesse d’exécution pour permettre au MHSC d’égaliser.

Peu avant la demie-heure de jeu, Di Maria trompera Bertaud après une frappe déviée (0-3, 27′)

Quelques intentions individuelles remarquables

Mais pas assez de force collective. On sent un effectif fatigué par cette baisse depuis plusieurs mois. Un manque d’agressivité et des efforts plus isolés. Un raid solitaire de Léo Leroy entré en cours de jeu. Des percées en dribbles qui feront regretter un Ristic combattif et plus créatif que l’autre latéral. Souquet sera fautif et donnera l’occasion au PSG d’inscrire un 4ème but sur pénalty (0-4 60′).

Toujours en défense, Cozza aura été plus performant dans le système à 4.  Dommage pour Dimitry Bertaud également, qui n’aura pas réalisé un match honteux, loin de là. Plutôt impuissant sur les buts, il a tout de même réalisé des arrêts qui le feront gagner en confiance encore.
Mais des dribbles, de l’imagination, c’est ce qui manque dans l’entrejeu du MHSC. Jordan Ferri aura eu des idées interessantes sur ses passes aussi. Mais devant le désert offensif montpelliérain ne permettait pas de mettre en danger les parisiens. Mollet trouvera le poteau sur un centre tir.

Un bel hommage pour nos champions

Et une sortie digne de ce nom pour Vito Hilton. Voici sans doute le plus satisfaisant à retenir ce soir. Le petit club du Montpellier Hérault a fêté son grand titre avec ses géants de 2012. Et aura eu l’occasion de vibrer et se rappeler sa gloire passée. Laissant la volonté d’un recrutement solide pour pouvoir aborder la saison prochaine avec sérénité, pour éviter de regarder en bas. Pour un club qui a souvent regretté de ne pas avoir fini plus haut. Et qui ne devrait pas se ronger d’inquiétude par le bas de tableau. De quoi donner des idées de postes à blinder et de tactiques à appliquer.

Merci à tous les fidèles qui sont venus et …. gardons l’Esprit Paillade.

 

Article précédent
MHSC-PSG : le 11 pailladin !
Article suivant
Le MHSC 13ème au classement, et condamné à cette place
Vous devez vous connecter pour publier un commentaire.
Some text

Êtes-vous rassurés après la victoire face à Troyes ?