Avant-match

Aborder le match face à Troyes

17

Le MHSC a su se rassurer face à l’ASSE. Gagner ne veut pas dire pratiquer un football parfait. Mais faire tourner le match à son avantage. Si la victoire rassure, elle donne aussi des indications sur les éléments à travailler.

La force du milieu, de la vitesse devant eux

Le MHSC devra tenter de retenir de ses leçons de la saison passée pour se développer. Et la bataille du milieu pourrait en être une. Puisque comme a pu le montrer la saison l’an passé : A quoi sert d’avoir l’une des meilleures attaques si la défense est sans cesse débordée ? Voire que le groupe est coupé en deux, avec d’un côté l’attaque et de l’autre la défense. Le milieu n’a t’il pas un lien important dans cette problématique? Du moins on pouvait lire des débats du style sur quelques tweets après le match de ce dimanche :

La véritable explosion de Teji Savanier cette saison, peut en tout cas elle aussi aller dans ce sens. Lui qui n’a pas eu l’occasion de briller l’an dernier, comme le leader offensif qu’il est, match après match cette saison. Peut-être était-ce dû à notre duo performant qui lui faisait de l’ombre? De son côté, ce sera l’occasion pour Florent Mollet de confirmer. Sa présence a pu manquer par moments, dans l’animation offensive face à Saint-Etienne.

Ce qui pourrait amener la réflexion suivante pour la saison à venir : peut être que le MHSC sera une équipe qui attaque moins, mais qui attaque mieux ? Afin de ne pas se découvrir inutilement et s’exposer à des contres dangereux pour notre défense. De nombreuses combinaisons sont à imaginer entre Ferri, Savanier, Mollet, et même Valère Germain. Un jeu dans des espaces réduits, permettant dans le même temps des appels des pointes offensives : Wahi et Mavididi. A considérer étant donné la vitesse des deux joueurs, pour des ballons en profondeur une fois les décalages créés par ces combinaisons potentielles.

Quid des latéraux

Le sujet reste complexe. On pourrait parler d’effet cliquet : en clair, il est difficile lorsqu’on est habitué à un standard élevé de faire machine arrière. Si dans le sens inverse, on a l’impression de progresser, ici c’est en quelques sortes, un retour en arrière.
Compliqué de passer de latéraux qui amènent de la vitesse et du jeu sur les côtés. A des latéraux plutôt lents et défensifs.

Peut être une image de une personne ou plus, personnes qui pratiquent un sport, personnes debout, plein air et texte qui dit ’GROUPE NICOLLIN GROUPE NICOLLIN NIKE SUM’

Difficile de produire un jeu fluide lorsqu’il passe par l’axe, plutôt dense en joueurs.

Mais comment utiliser les côtés si le latéral sait attaquer et ne défend pas à la hauteur des attentes? Ou a l’inverse défend, mais n’a pas suffisamment d’ambitions offensives? Qui choisir ? Quels sont les latéraux à disposition ?
Parmi : Sambia, Souquet, Cozza, Ristic, Suarez, la question serait plutôt : ils s’agira donc de trouver quels seront les deux profils les plus adaptés au jeu offensif du « nouveau MHSC » -sans Delort et sans Laborde-.

Si Olivier Dall’Oglio a promis de faire bosser le groupe pour développer des automatismes, cela ne change pas le problème de profondeur de banc, avec on le rappelle, 14 départs pour 5 arrivées…

Un adversaire qui renaît

Troyes était lanterne rouge au moment d’affronter Metz. Les messins qui l’an dernier, ont pu mettre à mal de nombreuses équipes. Le MHSC s’en souvient. Mais L’ESTAC s’est imposé 0-2 en terres messines, et pourrait y voir un espoir de lancer sa saison. Une renaissance entretenue par : City Football Group (CFG), la société émiratie déjà propriétaire, entre autres, de Manchester City, qui a acquis le club de Troyes . Si le MHSC n’a pas perdu contre Troyes depuis le 25 Janvier 2008, c’est peut-être sans compter ce nouveau visage.

D’autant que Troyes a recruté, des anciens internationaux. Laurent Battles, un nom que le MHSC a entendu, suite au départ de Der Zakarian, comptera sans doute faire parler la poudre. Même s’il annonçait en conférence de presse qu’Adil Rami n’était pas encore prêt [pour le match face au FC Metz] :

« Il est encore trop court pour pouvoir jouer, comme Erik Palmer-Brown » 

Une chose est sûre, ce sera un match à bien préparer, afin d’engranger le maximum de points, tant que ce sont des « mal-classés » (Bordeaux (20è) le match suivant). A suivre…

 

Article précédent
Nouveau challenge en Azerbaïdjan pour Petar Skuletic
Article suivant
Lourde blessure pour Thibault Tamas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Akor Adams doit-il rester remplaçant désormais ?