Jet de pétard lors de Montpellier-Clermont : les peines sont connues

214

Le verdict du tribunal correctionnel de Montpellier concernant l’incident du jet de pétard lors du match de Ligue 1 entre le MHSC et Clermont, le 8 octobre dernier, a été rendu. Deux supporters ont été jugés coupables, l’un condamné à six mois de prison avec sursis et l’autre à effectuer 140 heures de travail d’intérêt général.

Les sanctions connues

Les accusés, supporters du MHSC, ont été reconnus responsables d’avoir lancé un pétard en direction du gardien de Clermont en octobre. Ils ont écopé jeudi de six mois de prison avec sursis pour l’un et de 140 heures de travail d’intérêt général pour l’autre.

En outre, le tribunal a décidé d’interdire à l’auteur du lancer de pétard l’accès aux enceintes sportives pendant 18 mois, avec obligation de se signaler à chaque match du MHSC. Pour celui qui lui a fourni le pétard, cette interdiction est étendue à 12 mois.

Ainsi, les dommages financiers infligés au club de football de Montpellier ont été évalués à 10 788 euros, tandis que ceux infligés au Clermont Foot s’élèvent à 4 465 euros.

Cependant, le tribunal n’a pas pris de décision concernant la demande de compensation financière du club montpelliérain. Le MHSC réclamait près de 500 000 euros de droits télévisés perdus suite à une baisse de classement. Cette question a été renvoyée au 16 septembre.

La rencontre entre le MHSC et Clermont du 8 octobre, lors de la 8e journée de Ligue 1, avait été interrompue définitivement à la 91e minute après l’explosion d’un puissant pétard, lancé depuis les tribunes, à proximité du gardien de Clermont, Mory Diaw. Montpellier menait 4-2. Le gardien international sénégalais avait été évacué sur une civière.

Le match a été rejoué à huis clos à la fin du mois de novembre au stade de la Mosson (1-1), avec une pénalité d’un point retiré au club suite à la décision de la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP).

Lors de l’audience début mai, l’avocat du MHSC avait estimé le préjudice financier du club à 515 000 euros, couvrant les coûts liés à l’organisation du match à huis clos, à la fermeture partielle d’une tribune pendant deux rencontres, et surtout à la perte de droits télévisés résultant de la chute au classement en Ligue 1 après cet incident.

Un homme de 25 ans, sans antécédents judiciaires et dénoncé comme l’auteur du jet de pétard par d’autres supporters, a admis avoir lancé le pétard, mais en direction opposée du terrain, sans intention de viser le gardien. Il voulait célébrer la victoire apparente de son équipe. Il a affirmé que c’était son ami et coaccusé, âgé de 23 ans et apprenti cuisinier, qui lui avait fourni le pétard à l’intérieur du stade. Une allégation que ce dernier a niée, bien qu’il ait admis avoir fait circuler des pétards dans les toilettes pendant la mi-temps.

Dans un communiqué officiel, le MHSC se « félicite de la condamnation par le tribunal Correctionnel de Montpellier des deux prévenus« .

Article précédent
[RCL-MHSC] Plusieurs absences avant le dernier match de la saison
Article suivant
Becir Omeragic pré-selectionné avec la Suisse pour l’Euro 2024

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Othmane Maama doit-il être titulaire face à Lens ?