Non classé

[DFCO 2-2 MHSC] Dominer, pour s’arrêter de jouer

5

Le match s’est terminé il y a quelques minutes, les montpellierains ont été tenus en échec par Dijon 2-2, et n’ont toujours pas gagné à l’extérieur cette saison.

Un début catastrophique

Comme depuis de début de la saison, les pailladins laissent le ballon à leurs adversaires en début de match, et ça s’est confirmé ce soir avec l’ouverture du score dijonaise dès la 2ème minute avec un csc de Sambia.

Une réaction de taille

Les pailladins, piqués au vif réagissent dès la 15ème minute grâce à un coup franc de Mollet, contré qui trompe de gardien dijonais. Dans sa lancée, le MHSC reprend l’avantage grace à une magnifique frappe de Teji Savanier des 20 mètres qui se loge en pleine lucarne. Les montpellierains continueront de mettre la pression jusqu’à la mi-temps.

Des montpellierains méconnaissables en deuxième

À peine cette seconde période démarrée que les dijonais mènent l’assaut vers la cage de Rulli, face à des montpellierains impuissants qui vont céder à la 73ème minute sur un corner repris par Mavididi. Un but qui ne changera pas l’esprit des dijonais qui continuent de se ruer vers la cages de Rulli. Le seul espoir montpellierain vient par l’intermédiaire de Delort qui butte sur Runarsson, qui le prive de la balle de match. Il faudra une intervention in-extremis de Souquet pour contrer une frappe de Baldé dès 5 mètres qui semblait battre Rulli. Le score en restera sur ce score de 2-2.

Les pailladins, avec une grosse intensité en première période et acculés en deuxieme ramènent un point de Dijon. Rendez-vous samedi à la Mosson pour la réception du PSG ! 

Article précédent
DFCO-MHSC : les stats’ des confrontations en Ligue 1
Article suivant
Michel Der Zakarian « on a arrêté de jouer » !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Laurent Nicollin a-t-il fait le bon choix en conservant Romain Pitau ?