Non classé

Dimitry Bertaud, l’heure de vérité

5

A 5 jours d’un choc ô combien important face au PSG, le jeune Dimitry Bertaud aura l’occasion de briller en gardant les cages pailladines en demi-finale de Coupe de France. Et même l’occasion de se mettre en confiance dès ce dimanche face à Strasbourg, en l’absence de Jonas Omlin, blessé. 

Comme il en a l’habitude depuis qu’il a endossé le rôle de doublure, le vainqueur de la Gambardella 2009 doit se contenter de quelques petits matchs en Coupe de France et de dépanner en cas de blessure ou suspension de son homologue.

10 matchs cette saison

Mais cette saison, grace à un joli parcours en Coupe de France, Dimitry Bertaud s’octroie quelques matchs supplémentaires. 6 apparitions en championnat dont 2 entrées en jeu, pour 4 en Coupe. 10 au total.

En progression

Au delà de ses 4 clean-sheets face à Saint-Etienne, Bordeaux (championnat), Strasbourg et Châteaubriant (Coupe), Dimitry Bertaud s’est illustré cette saison par un excellent jeu au pied et des arrêts réflexes importants.

Bien sur, une grosse marge de progression encore à mettre à son actif, mais le gardien de 22 ans a su montrer cette saison qu’on pouvait compter sur lui.

L’occasion de briller

Et l’absence de Jonas Omlin ce dimanche face à Strasbourg peut permettre à l’international espoir français d’engranger de la confiance, avant la montagne qui se présente devant lui mercredi en Coupe, à savoir le PSG. L’occasion aussi pour lui de jouer un match supplémentaire cette saison en cas de qualification en finale, mais surtout de disputer une nouvelle finale de Coupe de France, après celle des jeunes remportée en 2017.

Article précédent
Montpellier sans Jonas Omlin à Strasbourg
Article suivant
Laurent Batlles, priorité de Laurent Nicollin !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Laurent Nicollin a-t-il fait le bon choix en conservant Romain Pitau ?