Non classé

Valère Germain : « Je prends du plaisir sur le terrain »

22

Tout comme son coéquipier Florent Mollet, Valère Germain était l’invité de Pierrot le foot, nouvelle émission de Pierre Menés. L’attaquant pailladin s’est livré sur son arrivée au club et sa situation actuelle 

Révélateur d’une véritable envie de signer au club, Valère Germain révèle avoir attendu jusqu’à la fin du mercato pour pouvoir rejoindre Montpellier

La condition pour que je vienne était que Delort et Laborde partent. Je savais que si je voulais venir ici il fallait être patient. J’ai du bien patienter, c’a été long. J’avais jamais connu une période aussi longue à se préparer seul de son côté. J’ai eu la chance d’être bien entouré, je suis resté sérieux aussi de mon côté. J’avais envie d’arriver dans un club en étant fit et prêt physiquement, et prêt le plus tôt possible. Et finalement ça s’est fait à la toute fin du mercato.

« Ça fait plaisir de jouer dans une équipe qui veut jouer au ballon »

Je prends du plaisir car comme j’ai dit tout à l’heure, il y a un bloc qui est proche de l’attaquant. On a une équipe qui est joueuse, qui n’hésite pas à repartir de derrière. On a 2 numéro 6 qui ne le sont pas vraiment, ce sont plus des numéro 8 avec Jordan Ferri et Joris Chotard qui sont avant tout des joueurs de ballons, plus que des gros récupérateurs. Donc on met l’accent sur le jeu et le coach le met aussi au quotidien. Et ça fait plaisir de jouer dans une équipe qui veut jouer au ballon. Alors on n’est pas le barça, il y a des choses dans lesquelles on doit s’améliorer, mais en tout cas on prend du plaisir sur le terrain.

L’interview complète disponible ici.

Article précédent
METZ 1-3 MHSC : les notes du Midi Libre
Article suivant
Top Of The Tweets : FCM 1-3 MHSC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Akor Adams doit-il rester remplaçant désormais ?