Pourquoi Montpellier n’y arrive plus ?

142

Le MHSC vient d’enchainer une deuxième défaite, la quatrième sur les 5 derniers matchs de Ligue 1 joués. Blessures, système, motivation, banc trop court… quel est le réel problème de Montpellier en ce moment ? 

À la trêve, les pailladins partaient en vacances en étant 5e de Ligue 1 et avec 31 points dans la musette. Les mois de novembre et décembre furent merveilleux et l’on se demandait même si cette fameuse « saison de transition » ne pouvait pas se transformer en quelque chose de bien plus beau. Pourtant, depuis, seuls 6 petits points ont été pris en 9 journées, avec des piètres prestations et résultats face à des équipes pour le moins abordables (Troyes, Saint-Etienne…).

Des blessures et absences à répétition 

Une première explication pourrait venir des blessures et autres types d’absences (par exemple les suspensions) que subissent les hommes d’Olivier Dall’Oglio. Depuis plusieurs semaines, le coach montpelliérain doit opérer sans son meilleur buteur de la saison, Stephy Mavididi. L’anglais a en effet inscrit 8 buts mais n’est pour le moment pas disponible et manque cruellement au dynamisme de l’attaque héraultaise. Derrière, c’est le roc Mamadou Sakho qui manque à l’appel. Également blessé, il laisse un vide dans le défense montpelliéraine tout comme son compère Mihailo Ristic. Ce dernier est aussi à l’infirmerie et doit donc laisser sa place à Ambroise Oyongo qui revient d’une très longue blessure.

De plus, Montpellier n’est pas épargné par ses différents coup de sang, notamment ceux de son capitaine Téji Savanier qui a été suspendu plusieurs matchs suite à des cartons jaunes et rouges reçus. Tout cela fait que le MHSC ne peut aligner une équipe type sur les derniers matchs.

Un banc qui laisse à désirer

Ce point vient avec le précédent. Une fois la liste des absents établie, ODO doit composer avec les joueurs présents. Mais sont-ils à même de rivaliser avec les autres équipes de Ligue 1 ? Nous avons pu constater que le remplacement de Sakho par Thuler ne fut pas vraiment prolifique lors de la défaite à domicile face à Rennes (2-4). D’autant plus, qu’une fois le match bien entamé et qu’il est l’heure de faire des changements, les possibilités sont très limitées. Très peu de joueurs montpelliérains n’arrivent à faire la différence une fois entrés en cours de jeu. Il semble clairement manquer un « supersub » à cette équipe comme pouvait l’être Souleymane Camara à l’époque.

Un coaching discutable ? 

Le sujet du coaching peut également être mis sur la table. Nous ne sommes pas joueur et encore moins entraineur mais il est vrai qu’il peut être agaçant de voir que le coach pailladin attende la fin du match pour faire ses premiers changements alors que la situation ne se débloque pas. Le week-end dernier à Nantes, le coach pailladin avait opté pour un nouveau système à 3 défenseurs axiaux. Pourquoi pas, mais le choix des hommes semblait discutable dans la mesure où Elye Wahi se retrouvait tout seul devant ne pouvant exploiter correctement les quelques ballons qui lui ont été donnés… Nous savons que Valère Germain est plus à l’aise lorsqu’il a un autre attaquant de pointe à ses côtés, ce système semblait alors être fait pour lui.

D’autres raisons ? 

Sinon, peut-être que comme dans tout club de football, le MHSC est simplement dans une mauvaise dynamique. Une série de victoires (ou de résultats positifs) pourrait relancer la machine et permettre à Montpellier d’intégrer le top 10, voire plus, d’ici la fin de saison. Nous faisons confiance aux joueurs et au staff pour retrouver le bon sens de la marche et ce dès samedi, face à Nice.

Article précédent
Teji Savanier a disputé hier son 100ème match en Ligue 1
Article suivant
Top Of The Tweets : FCN 2-0 MHSC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Quel a été le meilleur pailladin de la saison ?