Non classé

Souvenir d’une rencontre historique : Renversement de situation au Vélodrome

30

Ce dimanche à 21h , Montpellier , 11ème se déplace sur la pelouse du dauphin marseillais. Les phocéens auront à cœur de poursuivre leur série et ainsi conforter leur deuxième place. Quant aux pailladins, ils tenteront de faire déjouer les hommes de Sampaoli, sans réel objectif en cette fin de saison. L’occasion de revenir sur un match mémorable qui restera gravé dans l’histoire de notre championnat.

Nous sommes le samedi 22 août 1998, et le MHSC se déplace au Vélodrome dans une ambiance des grands soirs. En ce début de championnat, Montpellier compte 1 victoire et un match nul tandis que Marseille a gagné ses deux premières rencontres. C’est donc dans la même optique que les deux équipes vont s’affronter : Continuer sur leur bonne lancée.

Les compos :

OM : S.Porato ; P.Blondeau ; L.Blanc ; E.Roy ; R.Pirès ; F.Maurice ; J.Gourvennec (A.Camara 46′); F.Ravanelli ; D.Domoraud ; W.Gallas ; D.Bravo (C.Dugarry 60′)

MHSC : B.Martini ; P.Baills ; M.Dos Santos ; F.Silvestre ; F.Sauzée ; J-C.Rouvière ; C.Serredzum ; X.Gravelaine ; L.Robert ; P.Fugier (M.Mahouve 65′); I.Bakayoko (P.Delaye 72′)

Une première mi-temps de rêve : 

Les pailladins rentrent parfaitement dans leur match, dès le quart d’heure de jeu, Gravelaine lance Bakayoko d’un sublime ballon piqué au dessus de Laurent Blanc, l’attaquant héraultais ne se fait pas prier pour ajuster le gardien olympien. Montpellier mène la danse. Dans la foulée du but, Pascal Baills envoie un long ballon vers Robert, qui se présente seul face à Porato. Sa frappe est parfaitement croisée et vient se loger dans le petit filet du gardien marseillais. Le break est fait à la 20ème minute de jeu. Cependant, les hommes de Jean-Louis Gasset ne lèvent pas le pied. Ils obtiennent un coup franc très excentré que se charge de tirer Franck Sauzée. Ce-dernier centre, mais personne ne parvient à dévier le ballon, néanmoins, le tireur avait cadré sa tentative et le ballon finit donc sa course au fond des filets. 3-0 pour les héraultais. Un pailladin ne lâche jamais, tel est notre devise, Bakayoko part de sa moitié de terrain, parfaitement lancé par Gravelaine, il se retrouve en 1 contre 1 face au portier phocéen, a qui il ne laisse aucune chance avec cette frappe au premier poteau. 4-0 c’est le score à la pause. Le match est plié…

Un deuxième acte digne d’une série Netflix : 

Un changement pas des moindres à la mi-temps : Dugarry remplace Bravo… Nous jouons la 61ème minute, et le nouvel entrant déboule côté droit pour adresser un centre déposé sur la tête de Maurice, qui catapulte ce ballon dans le petit filet de Carotti, réduction du score. Le vent a tourné, Robert Pirès tire un coup-franc à côté du point de corner, Dugarry s’élève plus haut que tout le monde, place son coup de tête, et fait évoluer le score à 4-2. Cependant, les défenseurs montpelliérains n’ont pas compris la leçon. Suite à un corner, Dugarry se démarque encore une fois et vient à nouveau tromper Bruno Martini. Plus qu’un but à remonter pour l’OM, 20 minutes restantes, le stade est en folie et pousse derrière son équipe. On entre dans les 10 dernières minutes de cette rencontre, et Montpellier semble tenir. Ce n’était pas sans compter sur la déviation de la tête de Ravanelli, sur Roy, anormalement seul, qui ne va pas se faire prier pour égaliser devant Martini, impuissant. Montpellier a perdu son avance, et se dirige maintenant vers un match nul, après avoir mené par 4 buts d’avance. Un match n’est jamais fini, dans les arrêts de jeu, Pirès déborde, et est fauché par Serredszum dans la surface, pénalty incontestable pour l’OM. C’est l’actuel meilleur buteur de l’histoire de Montpellier, qui va jouer un vilain tour a son ancien club, en transformant ce penalty. Fin du match, 5-4 pour l’OM.

Résumé ici

 

Article précédent
OM-MHSC : décision demain pour Remy Cabella
Article suivant
Des propos très optimistes d’ODO quant à une présence de Rémy Cabella à Marseille

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Akor Adams doit-il rester remplaçant désormais ?