Quel bilan tirer de la première saison d’ODO ?

37

Question épineuse au vu des réactions des supporters sur les réseaux. Arrivé au début de l’année, Olivier Dall’Oglio a fait naître l’espoir d’un renouveau. Pour ensuite avoir une gestion plus calamiteuse, le MHSC étant bon dernier de la phase retour. Mais est-ce entièrement sa faute ? Découvrons quels sont les plus les moins en sa faveur. 

Bilan comptable très pauvre

Avec 43 points à la fin de la saison, un match sur deux a été perdu cette saison: 12 victoires, 7 nuls et 19 défaites.
C’est en 2022 que tout s’est effondré, avec 13 défaites sur la phase retour.

Le bilan de deuxième partie est plus qu’alarmant. Puisque le club avait bien commencé la saison et se stabilisait au niveau des places européennes, laissant tout espoir permis. A l’image de Lens ou Strasbourg, qui talonnait le club, et qui ont fini 20 points plus haut. Mais pire encore, la dernière fois que le MHSC avait autant perdu sur la deuxième partie, c’était en 2004. Et le club était descendu en Ligue 2.

Bilan pour Dall’Oglio après cette première saison

Les plus
– Nouveau cycle : anciens -> Utilisation de plus de jeunes.
– Mentalité de jeu moins défensive « mettre le bus » de MDZ.
– Bonne première partie de saison.
– Plus d’efficacité et de précision.

 

Les moins
– Manque de créativité dans le jeu.
– Jeu sans aucune marque de fabrique.
– Caractère sans doute trop effacé pour dynamiser le groupe.
– Manque de plan de jeu affirmé. Pas de stratégie utilisant les atouts spécifiques des joueurs.
– Entêtement sur l’utilisation de joueurs au lieu d’innover (centre de formation).
– Gestion et timing des changements (très souvent trop tard).
– Absence d’objectifs posés et assumés : groupe sans détermination profonde.

Pour alléger sa responsabilité

Il est clair que la situation du Montpellier Hérault n’est pas uniquement celle du moment à cause d’un seul homme. Les 14 départs pour 5 arrivées y sont sans doute pour quelque chose. Mais Olivier Dall’Oglio n’est sans doute pas non plus étranger à cela. Ayant connu un même modèle avec Brest l’an passé. Le club a déjà annoncé du mouvement au niveau du staff (ci-joint). Et prévoit également des gros changements d’ici la rentrée (sur cet autre article à découvrir).

L’absence de banc, mais aussi les départs offensifs : de Laborde et de l’autre attaquant (33 buts à eux deux cette saison) qui n’ont jamais été remplacés. L’un des rares remplaçants, Valère Germain, auteur de 4 buts puis plus rien, est symptomatique de la saison du MHSC. C’est également là ou ODO, s’il n’est pas licencié, aura un comportement sans doute étudié. Quelle sera la liste de joueurs qu’il demandera au président pour établir un plan concret? Et éviter de rejoindre Bordeaux, Metz, ou peut-être l’ASSE l’an prochain?

En tout cas, côté supporters, beaucoup en sont tellement déçus que certains en sont déjà à attendre son remplacement. Mais si remplacement, pour qui et quoi…

A suivre.

Article précédent
Déjà du mouvement au sein du staff
Article suivant
Auteur d’un doublé, Olivier Giroud offre le Scudetto à l’AC Milan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Quel a été le meilleur pailladin de la saison ?