Médias

Pedro Mendes : « Je m’éloignais du foot, j’avais de la rage et de la frustration »

445

Pedro Mendes, le défenseur portugais du MHSC, s’est confié au micro de France Bleu. Ce dernier, remis de sa longue blessure au genou, s’estime être prêt pour revenir sur le rectangle vert.

Une épreuve à la fois physique et psychologique

Le 16 avril 2021 : une date qui marquera la carrière de Pedro Mendes. Ce jour-là, le défenseur a été victime d’une rupture des ligaments croisés du genou gauche face à Lille. Après avoir passé des examens pour constater la gravité de la blessure, le constat était clair : fin de saison et éloignement des terrains pendant au moins 6 mois.

Quand les croisés se confirment, tout s’effondre, tu pleures.

Le défenseur de 31 ans a notamment insisté sur son instabilité mentale durant cette longue période, loin des terrains. L’ancien joueur du Stade Rennais avait du mal à trouver un certain équilibre :

Mentalement, je faisais des hauts et des bas. Je suis passé de l’enthousiasme et de l’excitation, à la rechute.

Un sentiment d’injustice

Après avoir raté près de 43 matchs entre avril 2021 et mai 2022, l’incompréhension, la frustration et la colère envahissaient le quotidien de Pedro Mendes. Ce dernier se sentait impuissant face à ce coup du sort :

Je me disais : pourquoi moi ? Pourquoi je ne suis pas sur le terrain au bout de dix mois, alors que normalement, ce genre de truc est réglé en huit ou neuf mois maximum ? Pourquoi moi, alors que je suis carré, que j’ai une hygiène de vie irréprochable. Je me posais des questions, mais il n’y a parfois pas de réponse.

Solitude, isolement et doutes

Durant cet entretien, le portugais s’est rendu compte de la particularité du monde du football. Ce dernier est instantané et a pour habitude d’oublier très vite. Ainsi, son nom a eu tendance, au fil des mois, à s’effacer au sein des esprits des supporters pailladins :

Pendant ma rééducation, il m’est arrivé de participer à des dédicaces. Et j’entendais des supporters se demandaient qui j’étais : « comment il s’appelle ? » Pourtant, ça fait des années que je suis au club, j’ai été titulaire. Mais personne ne se souvient de toi. Ils ont oublié. Le foot, c’est l’instant présent. Ce que tu as fait par le passé, ça s’oublie. C’est l’instant T qui compte. Et ça, ça te touche, quand même.

Une place à aller reconquérir

Ce n’est pas une surprise : la défense montpelliéraine est LE gros point noir et ainsi le plus grand chantier de cet effectif.

Alors que la signature de Christopher Jullien arrive à grand pas, Pedro Mendes est face à un défi de taille : celui de retrouver sa place d’antan, sa place de titulaire :

Il n’y a jamais de place garantie dans le football. Aujourd’hui, c’est toi. Demain, ça peut être un autre (..) Si l’opportunité arrive, à moi d’être présent.

Nouvel homme, nouveaux objectifs

Après une rupture des ligaments croisés, le footballeur n’est plus le même homme. Entre les opérations, les rechutes et les incertitudes, la confiance du sportif professionnel peut-être fortement endommagée.

La cruauté du football de haut-niveau a frappé la carrière de Pedro Mendes :

Tu te dis : est-ce que je vais revenir comme avant ? Qu’est-ce que je peux faire de plus ? Et tu commences à douter. Après cela fait partie du métier (..) Il y a des hauts et des bas. C’est d’ailleurs là que tu vois qui est à côté de toi. Ta famille et tes proches. Ceux qui t’aiment.

Pour autant, le défenseur ne s’avoue pas vaincu, loin de là. Il souhaite ressortir les quelques bienfaits de cette longue période, en se concentrant sur les choses qu’il maîtrise :

Je vais donc me concentrer sur le quotidien, les soins, l’hygiène de vie, ce que je mange, tous les petits détails que je peux maîtriser, le travail individuel, le travail sur le terrain. Et le reste, ce seront des conséquences. Elles seront positives ou négatives.

Cet entretien permettra, on l’espère, de faire table rase du passé !

 

 

 

 

Article précédent
Christopher Jullien vers le MHSC !
Article suivant
Ça chauffe pour ODO, qui pourrait être remplacé par Christophe Pélissier !
Vous devez vous connecter pour publier un commentaire.
Aucun résultat.

Quel mini bilan tirer à la trêve, après 8 journées ?