Mousa Tamari : un cas qui interroge

213

Messi(e) des premiers matchs, le Jordanien n’est désormais plus qu’un mirage sur le terrain héraultais. Si les supporters pointent du doigt Adams, il faudrait peut-être commencer à en faire de même pour Tamari…

A chacun ses bémols

Pour Akor Adams, l’absence de break dans sa saison avait été apportée pour justifier ses problèmes de finition. Soit. Peut-être bien.

Pour Mousa la situation peut sembler plus paradoxale. S’il possède un point commun avec Adams, à savoir, la générosité dans les efforts, il semble victime du même sorcier au MHSC. À la différence que cette malédiction ne semble pas le frapper avec la Jordanie, où il est très inspiré.

Avec sa blessure, rien de sûr ?

En effet : presque aucune de ses initiatives ne parvient à tromper les défenseurs. Au mieux, un contact non sifflé dans la surface. Dimanche encore, des dribbles tirés par les cheveux, et aucune réussite. Remplacé à la mi-temps, et connaissant la gestion des changements de Der Zak, c’est dire son mauvais match!

Loin, très loin de ce qu’il affiche, en terme de confiance et d’initiative avec la Jordanie, lors de la coupe d’Asie notamment.

La porte ouverte à beaucoup de questions

Des questions légitimes qui se posent alors : Son cœur bat-t-il pour un autre ? Ou est-ce l’écart de niveau entre ses adversaires en sélection et les joueurs de Ligue 1 qui cause une telle différence ?

Sur les réseaux, chacun se fait son propre avis, en voici quelques-unes :

Un réveil avant la fin, vous y croyez vous?

À suivre…

Article précédent
[CF63-MHSC] Le parcage pailladin déjà complet !
Article suivant
[MHSC 2-0 FCL] Top Of The Tweets !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Othmane Maama doit-il être titulaire face à Lens ?