Non classé

[interview] Congré : « Je suis tellement bien dans ce club »

11

Arrivé en provenance de Toulouse dans la foulée du titre de 2012, Daniel Congré nous a raconté son adaptation difficile et son amour pour le club, qu’il ne quitte plus depuis 7 ans maintenant. 

UNE ADAPTATION COMPLIQUÉE 

Cela fait 7 ans que je suis au club, j’ai vécu un an compliqué, arrivé après le titre et la perte de joueurs clés et important. J’ai eu du mal, je ne connaissais personne. Proche de Toulouse où je suis né, j’ai grandi et j’ai été formé.
J’étais dans un hôtel. Pas simple de se mettre à la compétition parfaitement. Mais ça m’a aidé et renforcé.

HEUREUX À MONTPELLIER

Depuis, c’est que du bonheur ici. Je suis très bien. Avec ma femme, nous sommes installés depuis plus d’un an et demi sur Perols. Et je ne pense pas déménager.

DES ENVIES D’AILLEURS ? 

J’avoue y avoir pensé mais pour un projet sportif, pas financier, car c’est bien plus motivant. Je suis tellement bien dans ce club. Cet esprit familial est rare de nos jours.

« VITO, C’EST INCROYABLE » 

« Vito », une force de la nature, pas tant pour son hygiène de vie, mais par son physique et son mental hors-pair. Moi, je suis vieux, j’ai 34ans et on sent qu’on prend de l’âge. Mais Vito c’est incroyable. Je suis émerveillé chaque jour.

UNE RECONVERSION ? 

J’y pense. Mais pas au poste d’entraîneur. Plus dans le coaching en entreprise, voire consultant (mais si on ne le bride pas) un peu comme Habib avec mes coéquipiers, Dimitri et Mathias.

Suivant l’exemple de son capitaine Vitorino Vilton, nous sommes sûrement pas prêts de voir Daniel quitter le club et raccrocher les crampons ! 

Article précédent
Tribune Etang de Thau fermée pour un match !
Article suivant
[TOP 10 ALL-TIME] Numéro 2 : Vitorino Hilton, éternel pailladin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

En remplaçant Omlin par Lecomte, Montpellier s'y retrouverait-il ?