Non classé

Zoom sur l’adversaire du jour : le Nîmes Olympique

0

C’est l’heure du derby ! Le match que tous les supporters pailladins attendent face au rival le Nîmes Olympique. Cette équipe gardoise entame sa troisième saison de suite dans l’élite et espérera de nouveau se maintenir. Le début de saison est mitigé : 5 points en 5 matchs. Zoom sur cette équipe, désormais entraînée par Jérôme Arpinon.

FICHE TECHNIQUE

  • Club fondé en 1937
  • Président : Rani Assaf
  • Entraîneur : Jérôme Arpinon
  • Saison 2019/2020 : 18ème
  • Palmarès : Néant

Le mercato nîmois : un renforcement à chaque niveau

Contrairement à Dijon, Nîmes n’a pas totalement remanié son équipe. Avec 5 arrivées et 2 départs, l’effectif des crocos a été renforcé à des postes en difficulté, ou certains joueurs partis ont été remplacés. On fait le point sur le mercato du Nîmes Olympique, à un jour de la clôture pour le marché français.

CÔTÉ ARRIVÉES : Nîmes s’internationalise 

En ce qui concerne les arrivées, Nîmes s’est renforcé à des postes clés, des secteurs où l’équipe rencontrait des difficultés la saison dernière. Les gardois se sont donc renforcés dans le secteur défensif avec notamment le pari Birger Meling, arrivé en provenance de Rosenborg pour près d’un million d’euros. Le latéral gauche norvégien a déjà été décisif puis lors de son premier match sous son nouveau maillot, il s’est offert un but et deux passes décisives lors de la victoire des siens contre Brest (4-0).

Autre arrivée venant de l’étranger, Andres Cubas est également présent pour renforcer le secteur défensif. Il arrive de Talleres Cordoba, club argentin pour près de 3 millions d’euros. Le milieu défensif paraguayen est le joueur qui compte le plus de tacles et d’interceptions en Ligue 1 cette saison, prouvant sa solidité. L’objectif est rempli, le secteur défensif nîmois a été renforcé, reste encore quelques lacunes (voir par ailleurs).

Suite au départ de Paul Bernardoni cet été (voir ci-dessous), Nîmes a recruté l’ancien gardien toulousain, Baptiste Reynet. Acheté pour moins d’un million d’euros, il est le nouveau titulaire dans les buts gardois. Il a encaissé, pour le moment, 7 buts sur les 5 premières rencontres. Prêté au Nîmes Olympique l’an dernier, Yassine Benrahou a été définitivement transféré chez les crocos. L’ancien girondin est déjà une pièce essentielle du jeu gardois. Pour terminer avec les arrivées, Patrick Burner arrive en provenance de Nice. Le défenseur droit n’a joué que 30 minutes pour le moment.

5 arrivées donc pour le Nîmes Olympique et 7,25 millions de dépensés (source : Transfermarkt), un recrutement intelligent a des postes clés pour les crocos. Le mercato n’est toujours pas terminé, Nîmes pourrait voir débarquer dans ses rangs Karim Aribi, attaquant algérien (26ans), ou encore Niclas Eliasson, milieu suédois évoluant à Bristol. Le nom de Diego Rolan est également évoqué. Affaire à suivre…

CÔTÉ Départs : 

Du côté des départs, pas grand-chose à noter. Comme évoqué plus haut, Paul Bernardoni a quitté Nîmes. Le gardien international espoir français était prêté durant les deux dernières saisons par Bordeaux. Il a été transféré cet été à Angers. Les gardois l’ont donc remplacé par Baptiste Reynet. Le second départ côté nîmois se nomme Romain Philippoteaux. Arrivé la saison dernière, le milieu de terrain est parti du côté de Brest pour moins d’un million d’euros. Mais les différentes arrivées ne devraient pas créer de manque à ce poste.

Peu de départs et quelques arrivées intéressantes, le mercato du Nîmes Olympique est pour le moment réussi. Le travail de Reda Hammache, nouveau directeur sportif des crocos, se fait déjà sentir. Manque plus qu’à confirmer sur le terrain, ce que les Nîmois ont du mal à faire sur ces 5 premiers matchs de championnat.

Le début de saison : Un début poussif

Après 5 journées de championnat, Nîmes affiche un bilan moyen : 1 victoire lors de la première journée, 2 défaites ensuite à Nantes (2-1) et face à Rennes (2-4). Les crocos restent sur 2 nuls de suite désormais, le premier décroché sur la pelouse de Lyon (0-0) et la semaine dernière aux Costières face à Lens (1-1). Avant d’aborder ce derby, les nîmois pointent à la 14ème place du classement.

LE DERNIER MATCH JOUÉ : Nul face à Lens

Dimanche dernier, aux Costières, Nîmes est allé chercher un match nul face au promu lensois au bout du suspens. Un match compliqué pour les hommes de Jérôme Arpinon qui ont été dominés sur la majeure partie de la rencontre. Lens a eu plusieurs occasions pour doubler la mise. Mais par manque de réalisme, les nordistes ne sont pas parvenus à faire le break et ont été punis par les gardois, plus tranchants en fin de match. Zinedine Ferhat n’aura pas été étranger à ce renversement. L’algérien a touché plus de ballon, et est l’auteur de l’égalisation de son équipe sur un centre en retrait de Ripart. Mis à part la domination lensoise durant les 70 premières minutes, si l’on regarde les statistiques, le match fut plutôt équilibré. 50% de possession de part et d’autre, et le nombre de tirs pour chaque équipe sont quasiment similaires. Si l’on s’en tient uniquement à ces stats, le match nul paraît logique.

Ce match nul face à un promu montre tout de même certaines difficultés au sein de l’équipe nîmoise. La défense est encore fébrile et encaisse beaucoup d’occasions. Mais rien d’alarmant pour le moment, Nimes essaye de se stabiliser en Ligue 1, et ne montre pas plus de défauts que d’autres équipes. Un troisième maintien devrait être dans les cordes des hommes de Jérôme Arpinon.

Le point fort : Un secteur offensif efficace

Nîmes s’est renforcé durant ce mercato, mais pouvait déjà compter sur une base de joueurs offensifs intéressants. Entre Zinedine Ferhat, Yassine Benrahou et Kevin Denkey entre autres, le secteur offensif plaît beaucoup, et le jeu apporté par les crocos l’est tout autant lors de certains matchs.

Une équipe qui cadre beaucoup

Pour illustrer cette ambition de se projeter vers l’avant du côté du Nîmes Olympique, prenons cette statistique sur le nombre de frappes cadrées depuis le début de saison. Nîmes est la 3ème meilleure équipe dans ce secteur avec 30 frappes cadrées au total. C’est autant que Montpellier. A noter également qu’avant le match face à Lens, les gardois étaient premiers de ce petit classement, de quoi montrer les intentions offensives des hommes de Jérôme Arpinon.

De plus, Nîmes est une équipe dangereuse en attaque, car elle cadre plus de 44% de ses tirs depuis la reprise du championnat. Seul Montpellier fait autant, le derby risque donc d’être riche en terme de frappes cadrées, les deux gardiens auront du travail ! Le Nîmes Olympique a déjà marqué 8 buts cette saison, 3 sont à mettre à l’actif de Zinedine Ferhat. Attention tout de même au problème de régularité : les matchs face à Nantes et Lens ont montré que les nîmois peuvent rester inoffensifs, et que les actions offensives pouvaient être limitées par l’adversaire.

Un effectif jeune… et talentueux

Avec dans ses rangs, dans le secteur offensif, Yassine Benrahou (21 ans) ou Kevin Denkey (19 ans), Nîmes peut compter sur de bons joueurs pour préparer l’avenir. Benrahou apporte dans la création en plus d’être un joueur rapide et technique, il est souvent à l’origine des différentes occasions nîmoises. En le recrutant pour seulement 1,5 million d’euros, le NO semble avoir fait un des meilleurs coups de ce mercato. Quant à Kevin Denkey, lui aussi a bénéficié de beaucoup de temps de jeu en ce début de saison et a montré une part de son efficacité avec un but et une passe décisive à mettre à son actif. Il apporte par ses qualités physiques et sa faculté à prendre la profondeur. Ces deux joueurs font partie, sans doute, de l’avenir nîmois dans le secteur offensif.

Nîmes s’appuie sur des joueurs jeunes. C’est l’équipe qui possède le 3ème effectif le moins âgé en Ligue 1 cette saison avec 24,3 ans en moyenne. Les dernières recrues se situent également dans cette tranche d’âge-ci pour la plupart. Ces nouveaux talents, accompagnés par les jeunes cités ci-dessus, seront encadrés par des joueurs plus expérimentés comme Renaud Ripart (27 ans) et Nolan Roux (32 ans). Attention donc à tous ces joueurs, qui sont capables d’apporter le danger dans le camp adverse à n’importe quel moment du match.

Le point faible : Une défense renforcée, mais qui peine à être solide

C’était le gros point faible la saison dernière, les dirigeants nîmois ont essayé de rectifier le tir cet été. Le secteur défensif du Nîmes Olympique interroge, et peine à rassurer pour le moment, nous l’avons observé le week-end dernier face à Lens. Avec 4 arrivées de joueurs à vocation défensive, Nîmes espère encaisser moins de buts, eux qui étaient la 17ème défense de notre championnat la saison passée

Un secteur défensif renforcé

Le mercato nîmois a été dans un premier temps axé sur le secteur défensif. 4 joueurs sont arrivés pour renforcer une défense qui encaissait trop de buts la saison dernière. Au poste de milieu défensif, Andrés Cubas montré déjà de belles choses. Le paraguayen est le joueur de Ligue 1 qui a effectué le plus de tacles et d’interceptions depuis la reprise. Birger Meling est venu prendre la place de latéral gauche, mais le norvégien apporte surtout en attaque. Lors du premier match il a marqué un but et effectué deux passes décisives, preuve de son jeu offensif efficace. Côté droit, c’est Bruner qui devrait prendre la place lors des matchs à venir. Lors de la première journée nous avons vu Renaud Ripart positionné à ce poste. Mais l’attaquant nîmois a, depuis, repris un poste qui lui est plus familier.

Une défense encore trop fébrile

Le problème a été soulevé lors du match face à Lens. Après avoir solidement tenu face à Lyon la semaine précédente, les crocos ont montré plus de difficultés derrière dimanche dernier. Le but encaissé face aux nordistes vient suite à un centre de Kakuta côté gauche face à deux défenseurs nîmois. Ganago, parfaitement placé entre Briançon et Landre, les deux centraux du Nîmes Olympique, reprend parfaitement ce centre. Cette action illustre parfaitement la passivité de la charnière gardoise. Mais là n’était pas le seul problème, Lens parvenait à trouver des espaces dans la profondeur en première mi-temps, amenant le danger dans la surface adverse. Une surface dans laquelle les lensois sont parvenus à entrer trop facilement. Les nîmois ont concédé une dizaine de frappes dans leur propre surface durant toute cette rencontre.

LE GROUPE POUR AFFRONTER LE MHSC

Jérôme Arpinon a convoqué 20 joueurs pour affronter le MHSC. Voici ceux qui seront sur la feuille de match, à 13h, au Stade de la Mosson :

LA COMPO PROBABLE SELON L’EQUIPE

Voici la composition que devrait aligner Jérôme Arpinon selon le quotidien L’Equipe :

Article précédent
Interview des Twittos Saison 2 Episode 6 : « Dès petit je savais que le match contre Montpellier était celui le plus attendu de l’année »
Article suivant
Avec l’écusson de Montpellier, le derby ne se perd pas
Vous devez vous connecter pour publier un commentaire.

Après la défaite à Toulouse, qu'est ce qui vous inquiète le plus ?