Non classé

MHSC 1-3 PSG : Le MHSC s’est mangé la feuille de match et peut le regretter

2

Privé de son attaquant fétiche, Andy Delort, le MHSC a résisté pendant longtemps avant de s’incliner, faute d’avoir su concrétiser. Le MHSC était pourtant revenu avant la mi-temps grâce à un troisième but de Mavididi.

Première mi-temps : Montpellier en demie-teinte 

Montpellier a commencé fort avec trois tirs, mais comme souvent aujourd’hui, non cadrés. Savanier du gauche sur un ballon renvoyé à l’entrée de la surface et Sambia aussi, hors cadre. Mollet s’essayait de loin sans problème pour Navas. Face à un PSG remanié en plus de tous ses absents : Kehrer Mbappé Paredes Danilo sur le banc. Peu importe Paris a du jeu, et a dominé la possession pendant une demie-heure sans être plus dangereux pour autant en concrétisation: plus de 10 tirs pour les Pailladins contre la moitié seulement pour le PSG ,mais pas plus de deux cadrés pour le MHSC avant la mi-temps.

Sur une touche côté gauche, Paris occupait les 30m du MHSC, à l’opposé côté droit, Dagba partait dans le dos de Ristic qui ne le voyait pas le dépasser pour inscrire un plat du pied à ras de terre, après avoir repiqué dans l’axe , passe de Di Maria. (0-1, 33e)

A la fin de la première mi-temps est piqué au vif , le MHSC (hauteur d’un match honnête dans les duels : 57 gagnés pour les deux équipes , et stat’ cocasse : 12 dribbles réussis contre 9 pour le MHSC à l’issue du match) a su réagir. Yun sonnait la révolte sur une situation terminée par une frappe hors cadre. Mollet faisait un appel sur sa droite mais ça atteste la volonté du MHSC coaché par un Der Zak en forme vocalement.

Sur l’action suivante, but de Stephy Alvaro Mavididi ! Sur un contre mené côté droit, Mollet lance Laborde dans le couloir droit. Ce dernier centre au second poteau. Mavididi contrôle et frappe du droit. Dagba repousse de la main, puis l’attaquant anglais tire du droit une deuxième fois Navas repousse miraculeusement sur son poteau. Mais la montre de M. Lesage a vibré, l’arrêt a bien eu lieu derrière la ligne. Le but est validé par la goal line technology. Montpellier 1-1 PSG !

2 minutes plus tard nouvel assaut côté droit récupération haute et petit pont de Laborde côté droit avant de centre sur l’anglais aux 5,5 qui d’un plat du pied ne parvient pas à tromper un Navas sorti vite. Énorme occasion de prendre l’avantage pour le MHSC. Mavididi aurait pu inscrire son troisième but en L1.

Montpellier s’est tiré une balle dans son propre pied en deuxième mi-temps

Montpellier en forme agressif sans concéder trop de fautes (1 jaune pour Savanier contre 3 parisiens), jusqu’à la sortie de Mollet à la 63 qui a semblé affaiblir le milieu Montpelliérain. Dolly intéressant d’ordinaire ne trouvait pas ses marques. Le MHSC lançait Oyongo et Skuletic dans la foulée (75′).

Entre temps une frappe de Di Maria repoussé en corner par un Omlin intéressant dans sa lecture du jeu jusque là (68′, 1-1).

Sur une situation de contre avec plus de quatre montpelliérains, Dolly perdait bêtement une balle côté gauche. Oyongo loin d’être irréprochable 2 minutes après son entrée, perdait la conservation du ballon en s’emmêlant les pinceaux au moment de se mettre en opposition. 6 joueurs du MHSC dans la moitié de terrain du PSG. Contre éclair, Kean enrhume Congré d’un passement de jambe puis une frappe soudaine premier poteau. (1-2, 77′).

Terrible pour le MHSC qui dominait dans l’impact et avec des chiffres intéressants dans les centres (16/5 réussis contre 14/2), mais pêchait sur des passes (78%) contre (88%).

Mais Montpellier ne meurt pas si facilement.  plus tard , 87e, sur un corner bien tiré, Sambia loupait ce qu’on pourrait appeler le deuxième très gros loupé du match. Sa tête a bout portant n’était même pas en direction de la cage. Très grosse occasion qui se payera cash ensuite. Le genre de ballon qu’on ne rate pas contre Paris.

Mbappé entré à la place de M.Kean juste après son but , se voyait offrir un ballon (en position de hors jeu vraisemblable? Ou pas? (1-3, 91′). Pas de réaction si ce n’est des commentateurs Canal + donnant le tournis en terme de partialité, on ne va pas refaire le débat ça ne changerait rien. Mais ça augmente la déception quand Montpellier avait les clés du match en main et à tout gâché par son imprécision. Déjà remarquée à Lorient.

Ristic n’abdiquait pas et s’essayait aux 20 mètres. Sa frappe écrasée trouvait le poteau gauche de Navas (93′). Score sévère tant les montpelliérains ont montré des choses durant ce match, mais leur manque d’application les a exposé à des contres évitables.

Auteur de choix de remplaçants judicieux ces dernières journées, MDZ a plutôt été à l’inverse aujourd’hui. Même s’il aura donné l’énergie en l’absence de public, en replaçant ses joueurs pendant longtemps.

Des fois ça ne veut pas et le MHSC peut s’en vouloir d’avoir vendangé. C’est le PSG, Qui dans le même contexte contre Manchester repasse devant après avoir été rejoint.

Le Montpellier Hérault abordera trois matchs plutôt « faciles » dans les prochaines journées. Il se devra de capitaliser un maximum de points, puisque le MHSC redescend à la sixième place, en attendant les matchs de demain. Une certaine dégringolade limitée puisque les Pailladins possèdent quatre points d’avance sur le huitième Rennes. Et resteront donc 6ème puisque Lens jouera son match en retard face à l’OM le 5 janvier.

Le retour de Delort sera à espérer. Laborde a su se débrouiller mais il manquait le Goat pour enflammer un match à la portée du MHSC cette saison. Sans doute Mavididi et Ferri pour les Héraultais les plus en vus même si l’anglais aurait pu être mieux inspiré en levant son ballon sur le très bon travail de Laborde, puis son caviar.

À guise de leçon. Il n’y a pas de quoi rougir, juste réfléchir et travailler la finition… L’histoire du foot quoi.

 

 

Article précédent
[Parole aux supporters] « Je regrette beaucoup les changements du coach »
Article suivant
Il s’agissait bien d’une nouvelle disquette

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Laurent Nicollin a-t-il fait le bon choix en conservant Romain Pitau ?