Que devient-il ?

[RCL-MHSC] Que devient-il ? Henri Bedimo

134

Après s’être tristement incliné deux buts à zéro face à l’AS Monaco le week-end dernier, le MHSC se déplace sur la pelouse du racing club de Lens. Les hommes d’Olivier Dall’Oglio devront élever leur niveau de jeu pour espérer s’imposer dans le Nord. Ce déplacement est pour nous l’occasion de vous donner des nouvelles d’un joueur emblématique du MHSC. Un joueur ayant évolué sous les couleurs sang et or avant de devenir quelques années plus tard, champion de France avec Montpellier : Henri Bédimo.

Formé au TFC

Natif de Douala au Cameroun, Henri Bédimo est fait ses classes au Téfécé. C’est avec les Pitchouns que ce solide défenseur signera son premier contrat professionnel. Estimant ne pas être prêt à s’installer durablement en Ligue 1, le défenseur Camerounais s’engage avec l’emblématique club du Havre qui évolue en deuxième division. Il y restera une saison avant de rejoindre La Berrichonne de Châteauroux.

Je suis très fier de mon parcours. J’ai fait partie d’une génération qui a découvert la Ligue 1 très jeune à 18-19 ans en partant de Grenoble. Après, entre 19 ans et 23 ans, je n’étais pas prêt mentalement pour m’installer. J’avais les capacités, mais il me manquait quelque chose. J’ai été le trouver en Ligue 2 au Havre où j’ai passé une belle saison. Ensuite, je me suis retrouvé à Châteauroux car j’avais besoin de progresser.

À la fois dur sur l’homme et vif contre-attaquant, Henri Bédimo signe au racing club de Lens en 2009. Chez les sang et or, le jeune défenseur devient rapidement un titulaire indiscutable de cette formation nordiste.

Ensuite, je rejoins Lens qui me donne l’opportunité de revenir en Ligue 1. Après, ça s’est enchaîné. Il y a eu un déclic en ce qui concerne l’expression sur un terrain. J’étais plus méchant, car je suis une personne très relax. J’étais à un poste où il fallait montrer les dents. Je suis un latéral qui aime aller de l’avant donc c’était compliqué dans certains clubs, il fallait mettre le lasso.

En dépit d’une relégation en Ligue 2, les prestations d’Henri Bédimo au RC Lens, suscite l’intérêt de plusieurs clubs de Ligue 1 dont le MHSC.

Parcours :

  1. 2003/2006 : Toulouse (23 matchs)
  2. 2006/2007 : Havre (23 matchs)
  3. 2007/2009 : Châteauroux (75 matchs)
  4. 2009/2011 : Lens (40 matchs)
  5. 2011/2013 : Montpellier (83 matchs)
  6. 2013/2016 : Lyon (88 matchs)
  7. 2016/2018 : Marseille (19 matchs)

Champion de France !

Arrivé sur la pointe des pieds au MHSC, l’ancien lensois pleinement épanoui, se révélera comme l’un des éléments essentiels du club dans sa conquête du titre de champion de France 2012.

Ici, j’ai trouvé un club où tout était réuni pour donner le meilleur de moi-même. J’ai l’impression d’être là depuis toujours.

Henri Bédimo fait partie des 10 meilleurs défenseurs ayant évolué sous les couleurs orange et bleu. Arrière latéral ultra-offensif, le joueur Camerounais formait avec John Utaka, un duo explosif dans le couloir gauche pailladin. La saison suivante, Bédimo participe à la première campagne de l’histoire du MHSC en Ligue des Champions. Un rêve de gosse devenu réalité pour l’international Camerounais.

La C1 était dans mes rêves les plus fous. La première fois que j’ai entendu cette musique, c’était sur la PlayStation. Ensuite, à la télévision. Mon premier match, c’était contre Arsenal. Rien que lorsque je suis arrivé (au stade) et que j’ai déplié mon maillot, avec le logo, j’ai été traversé par des frissons. J’avais les yeux humides parce que je réalisais vraiment le rêve ultime. Et j’ai pris quelques instants pour retracer mon parcours, mes hauts, mes bas. Et quand on s’aligne sur le terrain et que résonne l’hymne, pareil, des frissons. J’avais les yeux hagards. Le stade était plein, mais j’avais l’impression que j’étais tout seul.

Après cette deuxième saison plutôt mitigée, le meilleur arrière gauche de la saison 2012, souhaite donner un nouvel élan à sa carrière. En 2013, Henri Bédimo rejoint l’Olympique Lyonnais.

Solide derrière et capable de porter le danger devant comme lors de son passage dans l’Hérault, le latéral gauche effectue trois saisons pleines à Lyon avant de rejoindre l’OM en 2016.

Miné par les blessures, Bedimo fera partie malgré lui, des points faibles de l’Olympique de Marseille. Souvent en difficulté, que ce soit dans le placement, la relance, les centres ou même les duels, Bedimo déçoit, lui qui a plutôt bien réussi dans tous les clubs où il est passé avant l’OM.

Que devient-il ?

En juin 2020 et à l’âge de 36 ans, Henri Bédimo annonce officiellement mettre fin à sa carrière professionnelle. Sans club depuis l’été 2018, latéral gauche camerounais aux 52 sélections se dit fier de sa très riche carrière, lui qui aura porté les couleurs de sept clubs en 20 ans de carrière.

 Je ferme mon chapitre de footballeur professionnel. Je ne saurais partir sans remercier entraîneurs, bénévoles, personnels et sans oublier mes chers supporters. Sans vous, je n’aurais pas été à ce niveau. J’ai été fier de défendre les couleurs de mon pays. Ce fut avec joie et honneur. Il me restera 15 années de merveilleux souvenirs.

Un an après avoir mis un terme à une brillante carrière, l’ancien arrière gauche des Lions Indomptables, obtient son certificat d’entraîneur de football de la Ligue de Football. Revenu s’installer dans l’Hérault depuis la fin de sa carrière, Henri Bédimo est actuellement le coach adjoint de l’équipe réserve du MHSC.

Souhaitons-lui autant de réussite en tant qu’entraîneur !

Article précédent
RCL-MHSC : la compo probable
Article suivant
RCL-MHSC : le 11 pailladin !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Laurent Nicollin a-t-il fait le bon choix en conservant Romain Pitau ?