Résultat

[MHSC 1-2 OL] Le MHSC s’incline face au 20ème en déplacement malgré une merveille de Wahi

Premier match à la Mosson pour Romain Pitau. Un stade bien rempli, toujours dans l’attentes de résultats. Face à une équipe elle aussi, en difficulté. Mais 20ème en déplacement donc motif d’espoirs pour beaucoup des supporters.

Le but de l’année pour le MHSC

Omlin se rattrape

Dans ce premier quart d’heure du match, pas grand chose à signaler. Si ce n’est l’apparition d’une charnière Cozza Estève Jullien en 3-5-2. Un début de match difficile marqué par plusieurs mauvaises relances au pied de Jonas Omlin. Dont une qui a failli être fatale. C’est alors que le gardien suisse a sorti le grand jeu pour repousser la balle, comme sur la première grosse occasion du match : une reprise de Lacazette, bien repoussée. Encore un superbe arrêt sur une frappe d’Aouar plus tard. Mais comme si c’était trop facile pour Montpellier, Omlin sort sur blessure dès la fin de la première mi-temps.

Un match soporifique

Côté offensif au MHSC ? Le néant . Une frappe de Maouassa à la 20eme qui passe juste à côté d’un Antony Lopez vigilant, rien de plus.

Montpellier recule de plus en plus, et on dirait que le MHSC n’attend qu’une chose : prendre le but qu’il évite après chaque action. Ce but arrivera à la 33eme, après une nouvelle relance immonde : ce tour ci au tour de Tchato d’envoyer un ballon plein axe, après une bonne déviation d’Esteve. Centre en retrait, but.

Comme à son habitude Montpellier est derrière au score , et derrière dans le jeu. Et de loin.

Première grosse situation juste avant la mi temps sur un bon centre de Ferri, remis en retrait et cafouillé par Wahi dans les 6 mètres lyonnais. Dans la foulée une frappe contrée de Cozza repoussée tant bien que mal qui provoquera 2 tirs déviés. La pression monte (enfin) sur la cage lyonnaise. A noter devant, beaucoup de mauvais choix de Mavididi, clairement pas à la hauteur dans ce début de match. L’apport de Maouassa en revanche se fait ressentir.

Jusqu’à la merveille

Chacun son tour, ils se sont relayés dans les erreurs, outre Omlin et ses relances , entre la passe en retrait suicide d’Esteve , et les pertes de balles plein axe de Jullien, le niveau de jeu du jour confirme qu’ODO avait peut être sa part de responsabilités, tout n’est pas vert pour autant. Hormis la tête des supporters qui assistent à cette rencontre, à la limite du pittoresque. Sans le superbe retour de Fayad, ou les hésitations lyonnaises, le score serait déjà de 4 ou 5-0.

Niveau affligeant jusqu’à la 70ème minute et cet éclair de génie : centre en cloche de Ferri pour Wahi qui s’élance sur place et envoie un sublime ciseau acrobatique pour égaliser (1-1, 70).

Après ça le match s’enflamme, Lyon attaque Montpellier est à deux doigts d’encaisser un nouveau but, puis part en contre. Mavididi enflamme les défenseurs d’une roulette et d’un crochet. Avant d’être retenu grossièrement. Le match s’enflamme et les esprits s’échauffent. L’arbitre sort le rouge...pour Diomandé ET Mavididi (74, 1-1). Le match se finira à 10 contre 10.

Kamara montre un autre visage

Le match retombera alors en intensité, même si Kamara sortira le grand à deux reprises, de manière splendide. Se rachetant ainsi de ses précédentes prestations, et montrant qu’il est aussi digne de confiance dans la cage. Tout semblait que nous nous dirigions vers le premier match nul des héraultais cette saison. Pour résoudre cela, le MHSC encaissera un but à la dernière minute , par l’intermédiaire de Lacazette. (1-2 90′).

Troisième défaite en autant de matchs pour ce mois d’octobre. Il y a du pain sur la planche . Beaucoup de pain.

 

Article précédent
MHSC-OL : le 11 pailladin
Article suivant
MHSC 1-2 OL : les notes du Midi Libre

1 Commentaire. En écrire un nouveau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

En remplaçant Omlin par Lecomte, Montpellier s'y retrouverait-il ?