Que devient-il ?

[CF63-MHSC] Que devient-il ? Joris Marveaux

59

En déplacement au Roazhon Park, les Montpelliérains ont enregistré une cinquième défaite de range en s’inclinant lourdement contre Rennes (3-0). Les hommes de Bruno Genesio ont offert à leur public une très belle partition. Avec beaucoup de mouvements, d’intensité et de précision technique, les Rennais ont étouffé des Montpelliérains en grande difficulté. Le MHSC, toujours à la recherche de l’esprit Paillade qui fait sa force, compte sur son déplacement à Clermont pour le retrouver. Cette nouvelle rencontre de Ligue 1 Uber Eats est pour nous l’occasion de découvrir ce qu’est devenu un joueur emblématique du MHSC : Joris Marveaux.

Formation à la Nantaise

Repéré à seulement l’âge de 15 ans par les canaris, Joris Marveaux bénéficie d’une formation à la Nantaise. En 2001 et sans voir son club formateur lui proposer un premier contrat professionnel, le natif de Vannes rejoint le FC Lorient. Après quatre ans dans le club breton et une montée en Ligue 1, Joris quitte la Bretagne pour un nouveau challenge en National avec Clermont. Sous les ordres de Didier Ollé-Nicolle, le défenseur se fixe définitivement au poste de milieu récupérateur-relayeur. Il explose dans ce rôle et finit champion de France de National avec une accession en Ligue 2 à la clé. Repéré par un certain Rolland Courbis, Joris Marveaux signe au MHSC en 2008.

La consécration !

Au cours de l’été 2008, Joris Marveaux rejoint le MHSC qui évolue en Ligue 2. Le milieu défensif devient rapidement un élément incontournable de l’entrejeu héraultais avec Tino Costa et Romain Pitau avec lesquels il a formé un trio diablement efficace. Dur sur l’homme, endurant et capable de se projeter vers l’avant, il a été l’une des pierres angulaires du renouveau pailladin en participant à la montée en Ligue 1 en 2009. Pièce maîtresse du milieu de terrain montpelliérain, Joris Marveaux contribue, sous la houlette de René Girard, à la conquête du premier titre de Champion de France en 2012.

Un poste entre récupération et projection plutôt ingrat, un travail de l’ombre peu remarqué du grand public mais pourtant essentiel dans l’équilibre d’une équipe. À l’arrivée, le Vannetais de naissance participe à 29 rencontres cette saison-là, marquant notamment un but important à Saint-Etienne permettant au MHSC de ramener un point précieux du déplacement stéphanois.

Joueur emblématique du club, le nantais de formation, garde d’incroyables souvenirs du premier titre de Champion de France de l’histoire du club.

Anciens et plus jeunes, tout le monde a réussi à donner le meilleur de soi-même. Toutes les conditions étaient réunies pour, au final, obtenir ce titre. Il en reste un sentiment pas de toute puissance mais d’épanouissement, d’une saison ou peu de choses peuvent t’arriver. Une saison idéale comme on rêve d’en connaître avec de la joie à l’entraînement, de la complicité, des résultats incroyables, des performances collectives et individuelles incroyables.

Joris Marveaux quittera le MHSC en 2017 après avoir évolué 9 saisons sous la tunique orange et bleu et disputé plus de 230 matchs. Il s’engagera avec Ajaccio la même année avant de prendre sa retraite sportive en 2019.

Que devient-il ?

Joris Marveaux a terminé sa carrière à Ajaccio en 2019. À 37 ans, l’ancien milieu de terrain aura donc participé à 175 matchs de Ligue 1 et 141 de Ligue 2 sous les couleurs de Lorient, Clermont, du MHSC et du Gazélec Ajaccio. Il aura marqué 8 buts dans l’élite et autant dans l’antichambre du football français.

L’international guadeloupéen est revenu au MHSC comme responsable de la réserve féminine. Sur l’organigramme du club, Joris se trouve juste en-dessous de Frédéric Mendy.

J’ai décidé de mettre un terme à ma carrière de joueur, c’est une décision mûrement réfléchie. Depuis, j’ai eu l’opportunité d’entamer un processus de reconversion au Montpellier Hérault, j’y ai passé presque 10 ans. Ca c’est fait naturellement, j’étais resté en contact avec Laurent Nicollin. Aujourd’hui, je donne un coup de main à la section féminine, plus précisément au groupe U19 et à la réserve.

L’international guadeloupéen devient également consultant à la radio en intervenant régulièrement dans l’émission 100% Paillade, animée par Bertrand Queneutte sur les ondes de France Bleu Hérault.

Je suis maintenant dans une autre dynamique et je suis consultant pour la radio.

Sur et en dehors du terrain, Joris Marveaux est un homme à tout faire !

Article précédent
CF63-MHSC : la compo probable de Romain Pitau
Article suivant
CF63-MHSC : le 11 pailladin !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Laurent Nicollin a-t-il fait le bon choix en conservant Romain Pitau ?