Que devient-il ?

[MHSC-SDR] Que devient-il ? Abdelhamid El Kaoutari

437

L’effet « changement de coach » tant attendu au MHSC n’est pas encore arrivé. Si le MHSC a mis fin dimanche dernier à sa série de cinq revers en Ligue 1 en accrochant le point du match nul sur la pelouse de Clermont (1-1), les Héraultais ne se sont pas rassurés pour autant. Les hommes de Romain Pitau reçoivent le Stade de Reims pour retrouver le goût de la victoire, aujourd’hui à 15h. Cette dernière rencontre avant la trêve internationale liée à la Coupe du Monde au Qatar, est l’occasion pour nous de vous parler d’un joueur emblématique du MHSC, membre de la prestigieuse génération 90 : Abdelhamid El Kaoutari.

Un pailladin pur sang !

Né à Montpellier, Abdelhamid El Kaoutari commence à jouer au football dans les rues de son quartier, Paul Valery. À seulement l’âge de 10 ans, il intègre le centre de formation du MHSC. le début d’une très belle aventure. Au sein du club, El Kaoutari va monter les échelons étape par étape. Sans jamais être surclassé mais avec toujours un rôle très important, il devient un joueur cadre dans chaque catégorie. International français des U16 aux U19, il sera récompensé pour ces performances à l’âge de 17 ans avec la signature de son premier contrat professionnel.

Après deux saisons de purgatoire dans l’antichambre de l’élite du football français, le MHSC remonte en Ligue 1 sous la houlette de Rolland Courbis. C’est finalement dans l’élite que le futur international marocain va poser ses marques et devenir un titulaire indiscutable.

De l’âge de 10 ans jusqu’à mes 25 ans, j’étais à Montpellier, donc j’ai beaucoup de souvenirs. La Gambardella, le titre.

Membre de la prestigieuse génération 90 aux côtés de Belhanda, Stambouli et Cabella notamment,  « Abdé » a marqué l’histoire récente du MHSC en remportant la Coupe Gambardella en 2009 et bien évidemment le titre de Champion de France en 2012. Il deviendra l’un des emblèmes de la formation pailladine.

Carrière :

  1. 2007/2015 : Montpellier (170 matchs)
  2. 2015/2016 (janvier) : Palerme (7 matchs)
  3. 2016 (juillet) : Reims (8 matchs)
  4. 2016/2017 : Bastia (17 matchs)
  5. 2018/2022 : Nancy (73 matchs)

Palmarès  :

  1. 2009 : Coupe Gambardella (Montpellier)
  2. 2012 : Champion de France (Montpellier)

L’international marocain aura disputé pas moins de 170 matchs avec son club formateur entre 2008 et 2015. Après 8 saisons au club, le joueur décide de tenter sa chance en Italie en signant à Palerme.

Que devient-il ?

Le , Abdé signe un contrat de 4 ans avec le club italien de l’US Palerme. Après des débuts plutôt convainquant, les choix tactiques induits par les nombreux changements d’entraineurs auront raison de son temps de jeu. Lors du mercato d’hiver 2016, il est prêté au Stade de Reims avec option d’achat. Après seulement 6 mois dans la Marne, le défenseur marocain fait l’objet d’un nouveau prêt en

Quand on voit après la tournure qu’a pris ma carrière derrière, oui. Je suis assez déçu mais c’est comme ça, ça fait partie du métier. En faisant les mauvais choix, on continue à avancer et on apprend de nos erreurs. Ce qui a été difficile, c’était Palerme. Au niveau des caractères et de la mentalité, c’est particulier là-bas. Je ne m’attendais vraiment pas à ça.

Après quelques passages éclairs à Reims et Bastia, El Kaoutari trouve un nouveau point de chute en s’engageant avec l’ASNL. Longtemps recherché depuis son départ du MHSC, le natif de Montpellier retrouve en Lorraine un cadre familial lui permettant d’enchaîner les bonnes performances.

Je m’y sens très bien, ça me fait penser un peu à Montpellier, c’est un club familial. Il fait un peu plus froid, c’est tout.

Au terme d’une saison 2021/2022 cauchemardesque, Nancy termine lanterne rouge de Ligue 2, actant ainsi sa relégation en National. L’expérimenté défenseur central ne sera pas conservé par le club Lorrain.

Sans club depuis son départ de l’ASNL, le défenseur marocain s’est engagé avec le GS Diagoras, pensionnaire de deuxième division Grecque pour une saison.

Le football grecque étant gangrené par la violence, les matchs arrangés, la corruption et un niveau indigent, l’emblématique joueur du MHSC se dirige vers une triste fin de carrière…

Article précédent
Elye Wahi, à un but de rentrer dans l’histoire
Article suivant
MHSC-SDR : le 11 pailladin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Laurent Nicollin a-t-il fait le bon choix en conservant Romain Pitau ?