Que devient-il ?

[OGCN-MHSC] Que devient-il ? Anthony Mounier

162

Un week-end de Coupe de France est une fête à laquelle les supporters se joignent souvent bien volontiers à condition de ne pas se faire éliminer. Vendredi dernier sur la pelouse du Nouste Camp, Pau, porté par son public, s’est offert le scalp du MHSC (2-1). La vraie surprise de ces 32es de finale de la Coupe de France est donc venue du Béarn, où Pau a piégé Montpellier grâce à ses contres. En dépit de cette contre-performance, les hommes de Romain Pitau  qui se déplacent à l’Allianz Riviera, espèrent retrouver le goût de la victoire. Cette rencontre est l’occasion idéale pour nous, de vous donner des nouvelles d’un joueur ayant porté le maillot du MHSC et de l’OGC Nice : Anthony Mounier.

Pur produit lyonnais

Anthony Mounier est né le  à Aubenas. Le petit Anthony touche son premier ballon dès l’âge de 4 ans en prenant sa licence au sein du club de l’US Véore dans la Drôme.  À seulement l’âge de 11 ans, il intègre le centre de formation de l’Olympique Lyonnais. Prédestiné à devenir footballeur professionnel, le Français gravi tous les échelons du centre de formation avant d’éclore définitivement avec les U18. Un passage obligatoire qui lui ouvrira les portes de l’effectif professionnel.

Intégré dans l’effectif d’Alain Perrin, Anthony Mounier dispute une seule petite rencontre au cours de l’exercice. Suffisant, néanmoins, pour inscrire son nom au titre de champion de France. Barré par une concurrence décuplée en attaque, l’ailier offensif lyonnais ronge son frein dans l’ombre d’un certain ​Karim Benzema ! Confronté à un manque de temps de jeu, le jeune joueur souhaite se faire prêter. Mais Claude Puel le retient à l’intersaison 2008. Anthony Mounier réalise une première saison convaincante à l’OL en trouvant le chemin des filets à cinq reprises. Le jeune ailier offensif sent que le vent est en train de tourner après les arrivées cumulées de Lisandro Lopez et de Michel Bastos au. L’heure est à un départ.

La révélation niçoise

Transféré en 2009 chez ​les Aiglons contre un chèque de 2,5 millions d’euros, Anthony Mounier glane rapidement sa place de titulaire en s’affirmant comme l’un des meilleurs passeurs du championnat de France en 2010 en délivrant six passes décisives puis en 2011 avec onze passes décisives.

Intraitable dans le domaine offensif, le Niçois régale de sa patte gauche pendant trois saisons au point de se découvrir un talent de finisseur au cours de la saison 2011/2012 où le Français troque son costume de passeur pour devenir l’un des meilleurs buteurs du club au cours de cet exercice avec huit réalisations. Titulaire indiscutable, il contribuera grandement au maintien de l’OGC Nice en Ligue 1 lors de son passage sur la côte d’Azur.

Rapide, puissant et très fin techniquement, Anthony Mounier a apporté une réelle plus-value à l’effectif niçois où ses qualités de percussion et d’élimination en un contre un sont venues élargir la palette offensive du club azuréen cette saison là. Le joueur qui a pu bénéficier d’un temps de jeu et d’une exposition conséquente sous les couleurs de l’OGC Nice, rejoindra le MHSC au mois de juin 2012.

Au MHSC pour franchir un cap

Inévitablement, le MHSC se précipite sur la sensation niçoise en lui proposant un contrat de quatre ans au sortir d’un titre de champion de France pour le moins inattendu sur la scène hexagonale. La perspective de retrouver la Ligue des Champions ne manque pas de titiller la curiosité du joueur qui s’engage en juin 2012 avec le club pailladin.

Victime de deux blessures en début de saison, Anthony Mounier peine à se lancer sous ses nouvelles couleurs. Le déclic interviendra finalement lors d’une rencontre face à son ancien club, l’OGC Nice, dans le cadre des quarts de finale de la Coupe de la Ligue. Étincelant tout au long de la partie, le Montpelliérain se libère avant de s’affirmer pendant deux ans et demi contre un élément indissociable de l’équipe de Rolland Courbis.

L’arrivée de Rolland Courbis m’a fait énormément de bien. Il m’a redonné confiance, il m’a permis d’enchaîner les matchs.

Celui qui peut également évoluer en qualité de piston s’est forgé au MHSC une solide réputation dans l’élite. Ses chevauchées, son engagement et son gros volume de jeu ont marqué le club et la Mosson qu’il porte dans son cœur.

Si je devais rentrer un jour en France dans un des clubs pour lequel j’ai joué, ça serait Montpellier !

À seulement un an de la fin de son contrat à l’été 2015, Anthony Mounier s’engage dans les derniers jours du mercato, le 29 août, avec la modeste formation italienne de Bologne qui évolue en ​Serie A. Après trois ans au MHSC et plus d’une centaine de match sous les couleurs oranges et bleu, Anthony Mounier âgé alors de 27 ans s’engage avec Bologne. En rejoignant la Serie A, Mounier referme un chapitre important de sa carrière dans son pays natal.

Que devient-il ?

Sans être transcendant au cours de la saison, l’ancien Lyonnais réalise malgré tout des prestations satisfaisantes et se distingue en trouvant le chemin des filets à quatre reprises en championnat, avant d’être relégué sur le banc des remplaçants à l’aube de la saison 2016-2017 où le joueur prend part à seulement six rencontres sur 19 possibles.

Annoncé proche de l’​AS Saint-Etienne à l’hiver 2017, Anthony Mounier voit d’un bon œil un retour en France afin de se relancer.  Le 27 janvier, il s’engage avec les Verts sous la forme d’un prêt de six mois avec une option d’achat fixée à deux millions d’euros. Sur les réseaux sociaux, le verdict ne tarde pas à tomber pour le joueur qui est comparé à un « traître » par les supporters lyonnais qui n’apprécient guère son choix sportif. Finalement trois jours, après avoir paraphé son bail, Anthony Mounier est victime de son passé.

À la suite de cette banderole et plusieurs chants visant l’arrivée d’Anthony Mounier, les dirigeants de l’ASSE ont préféré céder à la pression du public en rompant le contrat de leur tout nouvel attaquant, trois jours seulement après son arrivée au club.

Prêté dans la foulée de cet épisode houleux, Anthony Mounier retourne en Serie A où l’Atalanta Bergame accueille le joueur dans le cadre d’un prêt de cinq mois. Sans succès, le Français participe à seulement cinq petites rencontres lors de la deuxième partie d’exercice avant de rejoindre le 31 août 2017 le Panathinaïkos, en Grèce.

Sans réellement s’épanouir sur le plan personnel, le club et le joueur mettent fin à leur collaboration le 21 décembre 2019. Depuis, Anthony Mounier tente de grappiller du temps de jeu sous les couleurs du Panetolikos et du GS Kallithéa, des formations qui ont le plus souvent évolués en deuxième division grecque.

​Anthony Mounier c’est l’ascension inachevée d’un joueur prédestiné à un avenir radieux sous les couleurs de l’Olympique Lyonnais. À 35 ans, l’ailier français peut nourrir des regrets au vu de son talent et de son potentiel. Et quel potentiel, la preuve en image !

Article précédent
Morgan Sanson vers un retour au MHSC ?
Article suivant
OGCN-MHSC : la compo pailladine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Le MHSC 10ème : vous y croyez ?