Que devient-il ?

[MHSC-CF63] Que devient-il ? Jocelyn Gourvennec

43

Après une semaine marquée par la reprise des joutes européennes, le feuilleton préféré des Français, loin devant tous les autres, est de retour. La Ligue 1 reprend ses droits ce week-end et il était temps de retrouver les frissons cette compétition ! Les hommes de Michel Der Zakarian reçoivent le Clermont Foot pour le compte de la vingt-huitième journée de championnat.  Une victoire cet après-midi permettrait au MHSC de se rapprocher du top 10 ! Cette rencontre est pour nous l’occasion de découvrir ce que devient Jocelyn Gourvennec !

Un vrai numéro dix  !

Jocelyn Gourvennec est né à Brest le 22 mars 1972, mais démarre véritablement sa carrière de footballeur dans le Morbihan, et plus exactement à Lorient. Jeune joueur extrêmement doué et mature, Gourvennec débute en deuxième division sous la houlette d’Alain Thiboult en 1988, à seulement 16 ans. À l’époque, les sollicitations des clubs professionnels de l’élite se font déjà pressantes, mais le précoce milieu de terrain breton préfère privilégier ses études au ballon rond. Le FC Nantes et le Stade rennais sont ainsi les premiers à tenter de s’assurer les services du prodige régional. Mais le jeune surdoué prépare alors un baccalauréat D et se satisfait amplement de sa passion du football dans un club morbihannais encore semi-professionnel, et qui oscille entre la D2 et la D3 depuis plusieurs années. La suite de la carrière de « Joce » est toujours dictée par sa scolarité. ll prend ainsi la direction de la faculté de Rennes, où il s’entraine dans un premier temps avec l’équipe réserve du Stade rennais. Patrick Rampillon ne tarde pas à remarquer son excellente technique et sa clairvoyance dans le jeu, et le recrute comme stagiaire professionnel en 1991.

Entre 1992 et 1994, et alors que le SRFC lutte pour la remontée en première division, « Joce » se révèle totalement sur le rectangle vert. C’est le début de sa fulgurante ascension. Son intelligence du jeu, sa vision des espaces et sa technique irréprochable lui ouvrent vite les voies de l’équipe professionnelle. Mieux, Jocelyn Gourvennec devient un titulaire indiscutable de l’entrejeu rennais.  Lors de l’exercice 93/94, il se distingue également comme le meilleur buteur du club en championnat avec 14 réalisations, et demeure le principal artisan de la remontée du club breton parmi l’élite hexagonale. Élu meilleur joueur de seconde division, Jocelyn Gourvennec est l’archétype du footballeur complet, techniquement et mentalement irréprochable. Au cours de la saison 94/95, le jeune milieu de terrain est tout simplement exceptionnel et confirme son indéniable potentiel. Outre son immuable empreinte sur le jeu, il marque également neuf buts en championnat. Deuxième meilleur buteur du club et premier passeur, les cadors de la première division ne tardent pas à le courtiser. Après trois saisons à Rennes, Gourvennec s’engage avec le FC Nantes, récent champion de France.

Rennes m’a permis de progresser. Je vais à Nantes pour continuer à apprendre et me mettre à niveau. J’ai encore tout à prouver contrairement à mes futurs partenaires qui ont déjà montré ce qu’ils savaient faire.

« Joce » est un peu l’attraction du début de saison du FC Nantes et les attentes à son égard sont énormes. Malheureusement pour lui, la chance lui manque au cours de son premier chapitre sur les bords de Loire.  Immobilisé durant cinq mois dès l’entame de l’exercice 1995-1996, avec une vilaine blessure aux ligaments croisés du genou, il atteint pourtant la demi-finale de la Ligue des champions quelques mois plus tard, éliminé par le futur vainqueur de la compétition reine, la Juventus de Turin et sa pléiade de vedettes internationales. Lors de la saison suivante, « Joce » s’est accommodé au jeu à la nantaise. Ses statistiques générales sont plutôt bonnes, puisqu’il trouve le chemin des filets à onze reprises pour trente-sept rencontres disputées au cours de l’exercice 96/97. Il effectue ensuite une troisième et dernière saison sur les bords de l’Erdre avant de rejoindre l’Olypique de Marseille en 1998.

Un passage éclair au MHSC

Jocelyn Gourvennec est ensuite recruté par l’Olympique de Marseille en juillet 1998, où il réalise une bonne saison, même si l’entraîneur phocéen Rolland Courbis ne lui fait pas toujours confiance en tant que titulaire. Gourvennec atteint même la finale de la Coupe UEFA avec l’OM, s’inclinant face au club italien de Parme (3-0). Après un passage éclair de quatre mois à Montpellier, le milieu de terrain breton retourne au Stade rennais en janvier 2000, au sein d’une formation dorénavant entrainée par le Finistérien Paul Le Guen. Mais ce deuxième passage dans le club de la capitale bretonne n’aura pas le même éclat que le précédent, le summum de sa carrière n’étant plus déjà qu’un lointain souvenir ou presque.
International espoir puis A’, Jocelyn Gourvennec n’a pas réussi à franchir la marche qui le séparait du niveau international, en dépit de prédispositions largement supérieures à la moyenne.

Deux ans et demi après, en juillet 2002, il prend la direction de Bastia et joue ses deux dernières saisons en Ligue 1. Sous la houlette de Gérard Gili, il dispute soixante matches supplémentaires et inscrit trois buts. Il termine finalement sa carrière professionnelle par deux piges en Ligue 2, à Angers puis à Clermont.

Que devient-il ?

Jocelyn Gourvennec prendra finalement sa retraite de joueur professionnel le 13 juillet 2006. Installé à Nantes, il joue ensuite durant deux saisons en Division d’honneur comme amateur dans le club de Rezé. En parallèle, il prépare ses diplômes d’entraîneur. Après une première expérience significative et plutôt réussie à La Roche-sur-Yon alors qu’il n’a que 36 ans, il prend en main l’En Avant de Guingamp à l’été 2010, et fait immédiatement remonter le club de Noël Le Graët du championnat National en Ligue 1 !  Dès sa première saison dans l’élite, l’EAG remporte la Coupe de France en 2014, face à son voisin rennais s’ouvrant ainsi la porte de la Ligue Europa. Contrairement à d’autres clubs de Ligue 1, Gourvennec joue cette compétition européenne à fond et crée un petit exploit en atteignant les 1/16 de finale de la compétition grâce à un jeu tourné vers l’offensif.

Au mois de mai 2016, Gourvennec est nommé entraîneur des Girondins de Bordeaux.  Après une bonne première saison terminée à la 6è place, il accède aux tours préliminaires de la Ligue Europa pour la saison suivante. Après une seconde saison plus compliquée, le technicien breton est démis de ses fonctions en janvier 2018.

Le , il est de retour à l’En Avant de Guingamp deux ans et demi après son départ, en remplaçant Antoine Kombouaré. Guingamp élimine Nice, le Paris SG et Monaco pour jouer la finale de Coupe de la Ligue le  contre Strasbourg. Le club est malgré tout relégué en Ligue 2 en . Quelques semaines plus tard, il annonce sa décision de cesser sa collaboration avec Guingamp.

Le , il devient le nouvel entraîneur du LOSC Lille, champion de France en titre, pour deux saisons. Il remporte son premier trophée avec les Dogues lors de la finale du Trophée des Champions, en battant le PSG. Malgré un début de saison mitigé en Ligue 1, le club nordiste finit premier de sa poule en Ligue des Champions. En Ligue 1, les Dogues finiront la saison 2021/2022 à une triste dixième place. Le 16 juin 2022, le club annonce la fin officielle de sa collaboration avec l’entraîneur finistérien.

Sans club depuis son départ du LOSC, Jocelyn Gourvennec espère retrouver un nouveau club et se dit prêt à accepter un défi à l’étranger.

Je voulais reprendre la saison dès le départ avec un club, mais ça n’a pas été possible, mais mon métier c’est entraîneur. J’ai fait de la télévision effectivement, je sais pas ce que je pourrais faire d’autre mais j’espère reprendre mon travail d’entraineur rapidement. J’ai aussi envie à un moment donné de tenter une expérience à l’étranger. Même si je connais bien la Ligue 1, je ne ferme pas la porte parce que j’aimerais vivre quelque chose de nouveau, découvrir un nouveau championnat. J’ai eu la chance de gérer un staff et un vestiaire très international à Lille, j’ai beaucoup managé en anglais et ça m’a beaucoup plu donc je me prépare à ça aussi, il y aura peut-être des opportunités.

Les moins de 20 ans connaissent Jocelyn Gourvennec l’entraîneur, mais il est important de ne pas oublier que le Breton a connu une belle carrière de joueur. Ce milieu de terrain élégant, créatif et donc beau à voir sur le pré a manqué d’un palmarès et de régularité, lui qui a été plombé par des blessures. Reste que la « Joce » qui a connu le FC Nantes de Jean-Claude Suaudeau, une belle saison avec l’OM et quelques beaux moments avec le Stade rennais, est un joueur emblématique de notre chère Ligue des Talents !

 

Article précédent
MHSC-CF63 : la composition probable
Article suivant
MHSC-CF63 : le onze pailladin !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Après ce nouveau succès, voyez-vous le maintien déjà acquis pour le MHSC ?