Top 10

[TOP 10 ALL-TIME] N°10 : Pascal Baills, par amour du maillot

11

C’est le début de notre série consacrée aux 10 meilleurs joueurs de l’histoire du MHSC ! Vous avez eu l’occasion ces deux derniers jours de voter pour votre Top 10 des meilleurs joueurs qui ont évolué sous le maillot pailladin. Aujourd’hui nous allons révéler le numéro 10 de votre classement, ainsi que celui des rédacteurs du site espritpaillade.com !

Tout d’abord, nous allons faire un long focus sur le joueur que vous avez choisi. Ensuite, nous dévoileront celui des rédacteurs, accompagné d’un commentaire sur ce que nous évoque le joueur sélectionné.

Demain, nous saurons qui sera le N°9 au classement, mais avant ça, place au dixième !

Votre N°10 : Pascal Baills

Pour commencer cette série, voilà un joueur qui incarne parfaitement l’amour du maillot orange et bleu. Pascal Baills est un ex-défenseur droit, qui détient le record d’apparition sous le maillot du MHSC, et ce n’est pas par hasard.

Formé au MHSC, il fait ses débuts avec les couleurs du club de sa région à l’âge de 18 ans lors d’un match face à Nice. Des débuts prometteurs où s’en suivront ensuite 8 saisons à Montpellier. Il y connaîtra la montée en Ligue 1 en 1987, la Coupe d’Europe en 1988 et en 1990, ou encore la fameuse victoire en Coupe de France lors de l’année 1990. Fruit de ses belles performances, il sera ensuite appelé en Equipe de France lors de la saison 1990-1991, ce sera d’ailleurs sa seule sélection avec l’équipe A au compteur.

Mais après 8 saisons, et 264 matchs disputés sous la tunique montpelliéraine, Pascal Baills décida de continuer sa carrière du côté de Marseille en 1991, où il remportera le championnat de France. Il s’en va ensuite loin de ses terres natales, pour rejoindre Strasbourg  durant 3 saisons, avant finalement de faire un retour vers son club de coeur : le MHSC. Lors de son come back pour la saison 1995-1996, il connaîtra malheureusement l’élimination en demi-finale de Coupe de France face aux rivaux Nîmois, avant finalement de disputer à nouveau la Coupe d’Europe avec la paillade, cette fois-ci en tant que capitaine de l’équipe. Il jouera également par deux fois la Coupe Intertoto avec le MHSC : la première lors de la saison 1997-1998 où Montpellier s’inclina en finale face à Lyon. La deuxième deux saisons plus tard, en 1999-2000 où, cette fois-ci, il parvient à la remporter face à Hambourg, offrant à Montpellier son seul trophée européen de son histoire. Mais dans le même temps, le club est relégué en Ligue 2, et c’est d’ailleurs sur cette note contrastée que Pascal Baills prit sa retraite sportive, le tout après 429 matchs sous le maillot orange et bleu en 13 saisons.

Pascal Baills restera proche du MHSC. Il entame après sa retraite une carrière d’entraîneur. On le retrouvera souvent en tant qu’adjoint des principaux entraîneurs pailladins comme Roland Courbis, ou encore René Girard lors du titre de Champion de France en 2012. Il sera même nommé co-entraîneur durant 5 matchs en 2015 avec Bruno Martini, suite au départ de Roland Courbis. Ils seront finalement remplacés par Frédéric Hantz quelques matchs plus tard.

Pascal Baills est donc bel et bien toujours lié au club à l’heure d’aujourd’hui. Il est un des adjoints de Michel Der Zakarian, par amour du MHSC. Il est incontestablement une figure du maillot orange et bleu.

Le N°10 de Luka : Carlos Valderrama

Valderrama, c’est avant tout un personnage, mais aussi un joueur atypique que l’on associe à sa coupe de cheveux.
Il a quand même joué 3 saisons à Montpellier (91 matchs pour 5 buts), a marqué son emprunte en faisant partie de l’équipe vainqueure de la Coupe de France 1990, puis l’année suivante dispute la Coupe d’Europe avec Montpellier.

Le N°10 de Gauthier : Rémy Cabella

Rémy Cabella ça m’évoque la formation dorée du MHSC qui nous emmena jusqu’au titre. Il a remporté la Gambardella puis le championnat de France. Il a su prendre sa place en 2012 avec le départ de Younes Belhanda à la CAN. L’action marquante sera le ballon qu’il récupère pour lancer Giroud et permette le 1-0 lors de MHSC-LOSC. Il a également fait de bonnes prestations en Ligue des Champions et nous a porté avec Stambouli 2 saisons nous évitant la relégation et lui ouvrant les portes de l’équipe de France où il disputera la Coupe du Monde au Brésil en 2014.

Le N°10 de Nicolas : Geoffrey Jourdren

Geoffrey Jourdren quand on y pense à première vue, on pense directement à l’image qu’il renvoie à l’extérieur et ses dernières saisons au MHSC où il était moins bon. Mais Geoffrey Jourdren c’est avant tout le gardien qui nous porte vers le titre en 2012, celui qui joue la Ligue des Champions la saison d’après et qui a joué plus de 280 matchs en 11 saisons pour le MHSC, ce n’est pas rien. Donc même s’il a souvent été critiqué ou moqué, cela restait un excellent gardien que je reverrai bien revenir au club en tant que formateur car c’est un gars vraiment bien.

Le N°10 de Dorian : Michel Mézy

Michel Mezy est également une figure du MHSC. Même si sa carrière en tant que sportif au MHSC reste discutable quant à sa présence dans mon Top 10, j’avais surtout envie d’honorer un homme qui a grandement contribué à l’histoire du club. Premièrement donc en tant que joueur avec la montée en Ligue 1 en 1981, mais ensuite en tant qu’entraîneur où il est à la tête de l’équipe qui remportera la Coupe de France 1990 notamment, et enfin en tant que dirigent où il occupe la fonction de « conseiller du président » depuis plus de 13 ans maintenant. Il est incontestablement une figure de ce club, et mérite tout mon respect en tant que supporter pailladin.

On se retrouve demain pour découvrir qui sera le n°9 du classement !

 

Article précédent
[CDL] Montpellier se déplacera à Reims !
Article suivant
[TOP 10 ALL-TIME] N°9 : Souleymane Camara, toujours là pour marquer comme Maradona !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Laurent Nicollin a-t-il fait le bon choix en conservant Romain Pitau ?