Top 10

[TOP 10 ALL-TIME] N°6 : Júlio César, une légende brésilienne

7

Suite de notre série consacrée aux 10 meilleurs joueurs de l’histoire du MHSC ! Précédemment vous avez pu découvrir que Younes Belhanda était le n°7 de votre Top 10 des meilleurs joueurs qui ont évolué sous le maillot pailladin. Aujourd’hui nous allons révéler le numéro 6 de votre classement, ainsi que celui des rédacteurs du site espritpaillade.com !

Tout d’abord, nous allons faire un long focus sur le joueur que vous avez choisi. Ensuite, nous dévoilerons celui des rédacteurs, accompagné d’un commentaire sur ce que nous évoque le joueur sélectionné.

Précédemment, nous avons vu qui était le N°7, maintenant place au sixième !

Votre N°6 : Júlio César

Pour ceux qui ont eu la chance de le voir jouer sur un terrain de foot, Júlio César a laissé de lui un souvenir marquant dans les têtes des supporters du MHSC. Révélé à la paillade, ce défenseur imposant physiquement était redouté par ses adversaires, et a aidé le MHSC pour écrire certaines des pages les plus belles de son histoire.

Arrivé à Montpellier lors de la saison 1987-1988, alors que le club venait de monter en première division, il saura s’imposer immédiatement et formera une redoutable charnière centrale avec Nenad Stojković. Il était également un joueur capable de marquer la tête sur phase arrêtée. Au cours de sa première saison au MHSC il marquera 6 buts et aura joué 42 matchs avec le MHSC, il se montre déjà comme un élément indispensable à l’équipe. La saison sera marquée par le départ de Nenad Stojković, Júlio César sera alors associé à Michel Der Zakarian en charnière centrale. Lors de cette saison, où il jouera moins de matchs, il rajoutera 2 buts au compteur. Mais c’est bien lors de la saison 1989-1990 où il connaîtra ses meilleurs moments sous le maillot pailladin. Il sera associé avec Laurent Blanc, alors repositionné en défense centrale en cours de saison. Il fera une saison pleine en championnat avec 36 matchs joués, mais c’est surtout en Coupe de France où les pailladins arriveront à créer la surprise pour aller s’imposer en finale contre le Racing Paris (2-1).

Júlio César s’envolera ensuite vers la Juventus, après avoir marqué les observateurs par ses qualités physiques. Il aura porté 109 fois le maillot pailladin et inscrit 11 buts. C’est un des meilleurs défenseurs que le club a connu. C’est en toute logique qu’il occupe la 6ème place de ce classement.

Le N°6 de Luka : Júlio César

Du haut de ses 3 saisons au MHSC, côtoyant Stojkovic, Der Zakarian et Blanc successivement en charnière centrale, il aura marqué les esprits grâce à son physique et ses duels aériens. Il aura disputé 109 matchs sous le maillot pailladin dont 2 matchs de Coupe d’Europe, et remporté la Coupe de France 1990.
Des performances pas anodines qui l’ont propulsé à la Juventus la saison d’après, et qui me font placer le brésilien à la 6ème place de mon classement.

Le N°6 de Nicolas : Eric Cantona

Il est vrai que Cantona n’a joué qu’une saison au MHSC et qu’ainsi il n’a pas eu un grand rôle dans la construction de l’histoire du club, cela explique pourquoi je ne le mets pas plus haut. Cependant, il aura marqué 14 buts en 39 matchs au MHSC, a eu un rôle important dans la victoire de la Coupe de France en 1990 et a ainsi inscrit à sa manière son empreinte au sein du club.

Le N°6 de Gauthier : Kader Ferahoui

Le N°6 de Dorian : Souleymane Camara

Souleymane Camara est connu pour sa qualité de « super sub », un joueur capable d’être décisif lorsqu’il rentre en jeu. Il a connu la montée avec le club, la finale de Coupe de la Ligue, et bien évidemment le titre en 2012. C’est également le 2ème meilleur buteur du club et le 2ème joueur qui a porté le plus de fois le maillot du MHSC. Longévité et efficacité le portent logiquement dans les grandes places d’honneur de mon classement.

Rendez-vous ce soir pour savoir qui sera le numéro 5 du classement !

Article précédent
[TOP 10 ALL-TIME] N°7 : Younes Belhanda, pur produit de la formation pailladine
Article suivant
Les croisés pour Cozza !
Vous devez vous connecter pour publier un commentaire.

Quel mini bilan tirer à la trêve, après 8 journées ?