Non classé

Comment expliquer le contraste entre les prestations à domicile et celles à l’extérieur ?

3

Un MHSC presque injouable à domicile avec 10 victoires, 2 nuls (Metz et Angers), et 2 défaites seulement (Rennes et Paris). Mais un MHSC complètement désorienté à l’extérieur avec 1 seule victoire (Amiens), 5 matchs nuls et 8 défaites ! Comment expliquer cette discordance entre le niveau produit à domicile et le niveau produit à l’extérieur.

Des résultats insuffisants

Il est vrai que le manque de motivation s’est souvent fait sentir lors des match à l’extérieur cette saison. Penons comme exemple le match à Strasbourg (perdu 1-0) où, malgré le faible écart au score à l’arrivée, les hommes de Michel Der Zakarian n’ont absolument rien montré du match. Il existe même des rencontres où, à l’intérieur de celles-ci, le MHSC arrivait à montrer deux visages différents. Le match à Dijon sert de bon exemple car les pailladins ont produit une première mi-temps de qualité malgré l’ouverture du score dijonnaise, mais se sont complètement relâché en seconde période et ont concédé le match nul (2-2). On pense également au match Metz où les pailladins étaient menés 2-0 et dos au mur. Mais il a suffit de 5 minutes pour que Delort et Sambia remettent les pendules à l’heure. Il est vrai que Montpellier a montré deux visages différent à domicile et à l’extérieur. Mais il est vrai aussi que Montpellier montrait deux visages différents à l’intérieur même des rencontres. Le bilan est terrible, 1 seule victoire, 5 nuls et 8 défaites. Lors de cette saison, Montpellier est la 17ème équipe du championnat hors de ses bases. Très insuffisant pour espérer quelque chose.

Un manque d’envie ?

Mais comment expliquer ce contraste flagrant que l’on vient d’évoquer ? Pour nos chroniqueurs, la réponse est claire : les pailladins ont manqué d’envie lorsqu’ils jouaient à l’extérieur. Et cela s’est fait traduire dans les résultats. Le match à Rennes (5-0) illustre parfaitement ce manque d’envie lors des matchs à l’extérieur. Les pailladins se devaient de faire un gros match pour rester dans le coup pour les places européennes. Mais au lieu de ça, les héraultais ont fait un match catastrophique. On le retiendra surement comme le pire match de la saison. De la place où on est, difficile de chercher des raisons précises à ces performances désastreuses à l’extérieur. C’est pour cela que Bertrand Queneutte a posé la question vendredi dernier à Vitorino Hilton, et ses propos semblent confirmer la raison que l’on a donné :

Si on doit améliorer quelque chose pour la saison prochaine, c’est nos matchs à l’extérieur. Cette année on a eu une équipe de rêve à domicile, puis à l’extérieur je ne sais pas ce qu’il nous arrivait. On n’y arrivait pas. On a juste gagné 1 match à l’extérieur. Si on avait gagné plus de matchs à l’extérieur, la saison aurait été belle, c’est là qu’il faut qu’on s’améliore. […] Défensivement à l’extérieur on aurait dû être plus performants. A domicile on se donnait tous à 100%, et peut-être à l’extérieur on s’est dit « bon on attend, et on va y arriver » puis au final on était mené. […] Le problème était plus dans la tête, et dans la façon de préparer les matchs à l’extérieur.

Vitorino Hilton dans 100% Paillade sur France Bleu Hérault

Mais hormis la motivation, y’a-t-il d’autres explications pour expliquer ce contraste ? Difficile à en trouver, les joueurs étaient souvent les mêmes sur le terrain, l’entraîneur était le même, et la tactique et le système étaient les mêmes. A partir de ce moment là, on ne peut expliquer ce manque de résultat à l’extérieur que par un manque d’envie. Tous sont sont à mettre au même niveau, joueurs et staff.

Montpellier vient de réaliser une saison exceptionnelle à domicile, mais a réalisé en même temps une saison catastrophique à l’extérieur. Etre la 17ème équipe du championnat hors de ses bases est très insuffisant quand on espère jouer l’Europe. Il faudra montrer plus d’envie la saison prochaine pour espérer rectifier le tir. Le moins que l’on puisse dire est qu’il en a beaucoup manqué cette saison.

Retrouvez ce débat dans notre émission spéciale fin de saison en cliquant sur le lien ci-dessous. N’hésitez pas à nous donner votre avis sur la question en commentaire, ou via nos réseaux sociaux.

Article précédent
Les moments marquants de la saison
Article suivant
Avec plus de régularité, Montpellier avait-il les moyens d’aller chercher une place européenne ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Laurent Nicollin a-t-il fait le bon choix en conservant Romain Pitau ?