Non classé

3-5-2 : La fin d’un cycle ?

0

La dernière déroute face à Reims dimanche (0-4) a démontré, une fois de plus, la défaillance du système en 3-5-2. Au-delà des problèmes d’arbitrage, c’est tout le schéma tactique qui doit être remis en cause à l’issue de cette rencontre. Mis en place il y a plus de 3 ans, le 3-5-2 montre toutes ses limites à l’heure actuelle.

Un système qui ne fonctionne plus

C’est le point central de toute cette interrogation : peut-on arriver à être performant dans la durée en jouant pendant 3 ans avec le même système tactique ? Les derniers résultats du MHSC ont mis en lumière toutes les difficultés que rencontrent les joueurs dans le système en 3-5-2.

Tout d’abord, le manque de solidité défensive, alors que ce système permet d’avoir 5 défenseurs lors des séquences de possession adverse, est le principal problème de ce système. Mis à part la rencontre face à Monaco (1-1), les joueurs adverses ont réussi à exploiter les largesses défensives de notre équipe. Difficile à imaginer lorsqu’on sait que la base de ce système est avant tout la solidité en défense.

Ensuite, autre rôle primordial dans ce 3-5-2 est celui des pistons. Les deux latéraux sont les joueurs qui doivent faire le plus d’efforts : créer le surnombre en attaque, apporter des centres et des dédoublements ; mais également faire l’effort pour revenir en défense et laisser moins d’espaces avec les 3 joueurs de la charnière. Cela a très bien fonctionné avec Roussillon et Aguilar quand ce système a été inauguré, cela est désormais plus compliqué avec Oyongo (ou Ristic) et Souquet. Le premier est imprécis dans ses centres et peine à faire les efforts pour venir défendre, l’autre montre de réels problèmes défensifs, mais apporte beaucoup dans le secteur offensif.

Enfin, lorsqu’un adversaire décide de presser haut et de gêner le MHSC à la relance, les solutions deviennent quasiment inexistantes. On l’a vu lors des matchs contre Dijon et Nîmes, ces deux équipes ont instauré un jeu physique et un pressing intense au cours duquel nos pailladins ont manqué de solutions pour mettre à mal la stratégie de l’adversaire. Cela s’illustre parfaitement avec le premier but de Dijon : une erreur d’Hilton à la relance, ensuite ça va très vite en contre-attaque et c’est Ebimbé qui a donné l’avantage à son équipe.

Montpellier devenu trop prévisible ?

Les différents problèmes rencontrés dernièrement par l’équipe s’expliquent aussi par la capacité, devenue inexistante à Montpellier, de surprendre l’adversaire. Les hommes de Michel Der Zakarian disposent que d’un schéma tactique favori, mais ne semblent pas être équipés d’un plan de secours. Et encore une fois, la question est là même : après 3 ans passés dans le même système de jeu, combien d’équipes en Ligue 1 savent parfaitement comment le MHSC va évoluer ? La réponse est simple : à peu près toutes les équipes.

Dans la préparation d’une rencontre, il existe deux types d’écoles : ceux qui vont vouloir imposer son style de jeu à l’adversaire, quelle que soit l’identité de ce dernier (ce que fait, notamment, Der Zak’ depuis 3 ans), ou ceux qui vont vouloir adapter leur plan de jeu, à celui de l’adversaire (ce qu’a fait, notamment, Jérôme Arpinon lors du derby). Une fois les faiblesses du MHSC exploitées par une équipe, quoi de plus facile pour la suivante au calendrier de reproduire la même chose, et de mettre à mal nos pailladins

Vers quel système s’orienter ?

Les récentes prestations de l’équipe pourraient pousser Michel Der Zakarian à s’orienter vers un nouveau système tactique. Exit le 3-5-2 ? Place maintenant aux différentes propositions, made in Esprit Paillade

Un 4-4-2 en losange ?

Dans le positionnement sur le terrain, ce système ressemble quelque peu à celui utilisé actuellement. Un des trois axiaux serait remplacé par un joueur dans une position de sentinelle, afin de garder un élément à vocation défensive. Mais ce système concentrerait plus le jeu dans l’axe et limiterait les efforts offensifs des latéraux.

Un 4-3-3 ?

Pour rapporter un peu d’équilibre dans cette équipe. On enlève un joueur défensif pour le remplacer numériquement par un joueur offensif dans les 3 de devant. On aurait probablement un trio Mavididi-Delort-Laborde en attaque, accompagné par un Mollet ou Savanier pour mener le jeu. Les défenses de Ligue 1 en tremblent rien qu’à y penser. Le problème dans tout ça ? Le rôle de Vitorino Hilton, qui semble moins à l’aise lorsqu’il est amputé d’un défenseur. Ce système lui demanderait plus d’efforts physique, compliqué à 43 ans…

Ou… persister avec le 3-5-2 ?

Arrivé durant l’été 2017, Michel Der Zakarian n’a pas mis beaucoup de temps avant de trouver son schéma tactique favori. Après 6 premières journées de Ligue 1 passées entre jeu en 4-3-3 ou 4-2-3-1, il décide pour la première fois d’utiliser le 3-5-2 le 23 septembre 2017, lors de la 7ème journée de championnat, à l’occasion de la réception du Paris Saint-Germain au Stade de la Mosson (0-0). Depuis ce jour, ce système tactique a été quasiment utilisé lors de chaque rencontre du MHSC. Plus de 3 ans que le coach joue de la même manière en championnat, et avec tous les bons résultats qui sont arrivés par la suite (3 Top 10 consécutifs en Ligue 1). Donc on peut facilement imaginer que tant que MDZ sera là, le 3-5-2 perdurera, malgré certaines mauvaises passes. Ce système tactique est le sien, et n’est pas prêt de l’abandonner si facilement.

Ce système qu’on appelle d’ailleurs 3-5-2 est modulable selon la phase de jeu. 3-5-2 en attaque grâce au rôle des pistons, placés plus haut sur le terrain. 5-3-2 en défense car ces pistons sont censés redescendre pour apporter plus de solidité défensive.

Comme évoqué précédemment, le rôle de Vitorino Hilton pourrait être un argument supplémentaire pour continuer dans ce système-là. Lui, pièce maîtresse de l’équipe depuis de nombreuses années, se sent plus à l’aise dans ce schéma tactique. Difficile d’imaginer le voir sur le banc pour mettre en place un nouveau système en place.

Les 4 derniers matchs du MHSC ont mis en lumière différents problèmes avec le système en 3-5-2. Entre largesses défensives et manque de créativité en attaque, il est devenu temps pour Michel Der Zakarian de changer d’approche tactique… ou pas. Le MHSC est devenu trop prévisible par ses adversaires, et un plan B devrait être sérieusement envisagé. Alors ? Plutôt 4-4-2 ? 4-3-3 ? Ou un autre système ? N’hésitez pas à nous donner votre avis

 

Article précédent
[MHSC-SDR] Un carton rouge qui change tout (?)
Article suivant
[Mesures sanitaires] : Une fois mais pas deux !
Vous devez vous connecter pour publier un commentaire.

Quel mini bilan tirer à la trêve, après 8 journées ?