Non classé

[MHSC-SDR] Un carton rouge qui change tout (?)

0

Alors qu’il voulait honorer la mémoire de Bruno Martini, le MHSC a sombré à La Mosson (0-4). Montpellier a pris une véritable correction ce week-end, durant lequel les téléspectateurs ont pu assister à tout et n’importe quoi. Dans un match sans queue ni tête, que retenir et qui incriminer pour ce résultat?

Impossible à analyser 

A 0-3 au bout de 30 minutes, la messe était déjà dite. Les rémois ont profité du retard de la défense pour jouer en profondeur par le biais de ses joueurs rapides : Dia, Mbuku parmi d’autres.
Dia auteur d’un triplé a su concrétiser le surnombre de son équipe. Le MHSC n’a pas pu se montrer dangereux de la rencontre.
Il semblerait que le moral ait pris un gros coup. Le seul reproche que l’on peut faire au MHSC, c’est de n’avoir trouvé les ressources mentales, comme face à Monaco, pour faire parler son jeu en infériorité numérique. Pas de sursaut d’orgueil, ni d’adaptation, bref aucune motivation. Puisque nous n’avons rien pu voir ailleurs.

En terme de score, ce match paraît un vrai carnage. A dissocier toutefois, avec le niveau de jeu produit. Même si Montpellier a commencé son match timidement.
Mais tous les journaux et plus récemment lors d’OL-Monaco, les commentateurs ont évoqué des décisions qui influencent trop le jeu pour ne pas l’évoquer cette fois. Un peu comme la fois de trop.

A quoi joue l’arbitrage en Ligue 1 ?

M. Delajod, le plus jeune arbitre de Ligue 1, arbitre en Fédéral 1 (F1) depuis le 1 juillet 2018. Pour son 5ème match d’arbitrage en ligue 1, il a eu la malchance, ou dans l’autre sens pour le Montpellier Hérault, d’être le bourreau du MHSC dès le début. Pascal Baills juste après le match :

L’arbitre a été comme nous, il a été zéro.

Avec une intervention complètement disproportionnée à la 6ème minute, le débat se pose pour tout le monde : Pourquoi l’arbitre a sorti un carton rouge à la sixième minute pour le capitaine Vitorino Hilton?

Reprenons tout d’abord le règlement : celui-ci mentionne que pour tout contact dans la surface, un carton jaune sera attribué en cas de faute au niveau des jambes, et un rouge en cas de faute autre (avec les mains par ex). Certes.
Mais des faits de jeu restent à considérer : moment du match, position de l’attaquant, amplification du geste etc.
Le choix reste à la libre interprétation de l’arbitre, aidé par son équipe.
Mais on peut constater des tendances évidentes : les cartons rouges en début de matchs sont d’ordinaire réservés aux « assassinats ».
Hilton pose sa main sur le joueur c’est certain, après la chute est grotesque, dotant que le joueur semblait au début de son appel et donc en position délicate. Ce n’est certainement pas une main posée sur le dos qui fait chuter ainsi. De plus, le pénalty couplé du carton rouge a été progressivement écarté au possible par les arbitres, sauf en cas flagrant. Si on prend l’exemple du penalty pour Madrid dans le Derby face au Barça (faute sur Ramos), parmi une multitude d’autres actions similaires et hebdomadaires… La faute a lieu au niveau du haut du corps, mais aucun rouge. Encore moins dans les dix premières minutes pour si peu.

Pourtant aucune intervention de la VAR, ni même de vérification puisque le penalty a étonné une majorité. Alors le carton rouge a laissé bouche bée les commentateurs. D’ordinaire les premiers à enfoncer les fautes du MHSC sur nos antennes.
Pire encore : il semblerait qu’un contact douteux ait lieu au début de l’action avec Florent Mollet, sans avoir été remarqué. Dans ce cas de figure, l’appel à la VAR est mentionné dans ceux justifiant son règlement. Mais encore plus étonnant : aucune réaction de solidarité des joueurs a signaler non plus, pourtant un motif de remise en question après une décision aberrante.

A 10 contre 11 avec un but de retard dès la 6ème, sans son défenseur central, c’est tout le match qui bascule. Et c’est la Ligue 1 qui en fait les frais, avec le double de carton rouge par rapport à la saison dernière à la même période. Des faits de jeu qui rendent totalement impossible une analyse plus précise de la rencontre, car bien évidemment qu’en infériorité tous les secteurs deviennent dépassés. Le carton rouge de D. Le Tallec est sans doute lui même le fruit de cette frustration, mais reste inacceptable et totalement justifié. Une lourde sanction reste à attendre (4 matchs minimum ?). A 11 contre 9 autant plier boutique.
Alors appliquer le règlement ok, mais à la lettre comme un CPE -pour Hilton- et en plus siffler deux pénos… ça commence à faire beaucoup.

Encore un carton rouge pour le MHSC

Montpellier est l’équipe qui a pris le plus de carton rouge cette saison, avec 5 cartons. Si on reprend, les deux pieds hauts semblent assez sévère, si on omet l’image. Les joueurs ne voient absolument pas l’adversaire arriver, qui baisse la tête de surcroît. A part celui de Le Tallec, beaucoup de ces gestes bien que dangereux (c’est du sport?) sont courants dans un match. Là où un arbitre anglais laisserait même peut être jouer. Le niveau technique a certes baissé, avec l’arrêt du COVID. Ce qui donne plus de fautes, mais ils sembleraient que les arbitres aient durci leurs critères. Préserver l’intégrité physique reste un importance. Mais chaque match tourne peu à peu à une bataille pour la VAR. Dans lequel le MHSC semble payer sa réputation d’antan.

La ligue essaie-t-elle de faire passer un message au MHSC ? En s’appuyant sur d’anciennes réputations du temps de Spahic et Jeunechamp, entretenues par certains débordements de Laborde ou Pedro Mendes ?
Si ce n’était qu’une fois ça pourrait aller, mais c’est la chronicité de l’évènement qui devient irritante à force. En plus de rester très étonnant, sans faire preuve de mauvaise foi.

Prochaine échéance à l’ASSE, qui reste sur 5 défaites de rang. A suivre…

Article précédent
Bouba : « Je pense que le groupe a laché Der Zakarian »
Article suivant
3-5-2 : La fin d’un cycle ?
Vous devez vous connecter pour publier un commentaire.

Après la défaite à Toulouse, qu'est ce qui vous inquiète le plus ?