Résultat

PSG 5-2 MHSC : Omlin n’aura pas suffit

138

Après sa première victoire face à l’Estac (3-2), le MHSC se déplaçait au parc des princes pour la première d’un PSG de gala à domicile, alignant son trio offensif Messi-Neymar-Mbappé. Un tableau pas si noir : 2 premiers buts pour deux joueurs. 2 premiers buts encaissés par le PSG… 

Coté MHSC retours de Ferri et Cozza

Aussi bien en défense qu’au milieu, le MHSC se voyait renforcé de deux éléments précieux. La tête haute, emmenés par Savanier, Montpellier se déplaçait à Paris avec l’espoir infime d’accrocher un résultat. A minima de produire du beau football, et se rassurer dans le jeu après une préparation plus que fastidieuse (14 buts encaissés en 5 matchs).

D’entrée de jeu, Savanier ne se laissait pas perturber par un gros tampon de Neymar, et enchaînait par une belle transversale en direction de Wahi. Ballon qui ne surprenait pas pour autant, une défense expérimentée.

Omlin la muraille

Au quart d’heure de jeu Omlin était déjà à sa troisième bonne sortie. Cette fois pour anticiper Neymar en un contre un, servi par un ballon parfait de messi dans les 10m, qui attendait juste 1 seconde de plus pour conclure (17è, 0-0). La fois suivante, le ballon lui passait entre les jambes. Mais Saint-Luce suivait bien presque sur la ligne (18è, 0-0).

Seulement, la VAR fonctionne bien et l’arbitre était appelé pour une main de Ferri. Déstabilisé mais pas un motif suffisant pour l’arbitre qui courait bien rapidement pour visionner et accorder le penalty. Il ne restait alors qu’un sauveur : le gardien suisse. Sortant le penalty tiré par Mbappé au centre droit (23è, 0-0).https://static.onzemondial.com/8/2022/08/photo_article/791590/313304/800-L-psg-montpellier-les-parisiens-prennent-l-avantage-juste-avant-la-pause-mbapp-loupe-un-pnalty.jpg

Super plongeon main opposée, pour celui qui continue de montrer son importance. Et, au cas où on ne l’ait pas compris, qui sortait un nouveau splendide arrêt sur le coup franc suivant tiré par Messi (26è, 0-0). Bien remarqué et souligné par les commentateurs, Omlin faisait de son mieux. A la 29è encore, sur une frappe des 20 mètres, toujours de La Pulga. On l’espère, pas de quoi donner des idées à d’éventuels recruteurs, tant le suisse a son importance dans le 11. Même validé par Ramos pendant le match (36è, 0-0).

Sacko dans la suite de son premier match

Plusieurs interventions limites, qui auraient pu donner des coups francs, et même un penalty. C’est lui le « malheureux » qui mettait le but contre son camp permettant au PSG d’ouvrir le score (38è, 1-0). 2 minutes après seulement, c’est lui qui touchait le ballon de la main. Offrant un second penalty au PSG, cette fois-ci transformé par Neymar (2-0, 40è). De quoi lancer un PSG qui peinait à trouver la faille. Neymar s’énervant à diverses reprises par frustration auparavant.

Seconde mi-temps plus difficile

Affronter le PSG, c’est déjà costaud. Alors dans ces conditions, facile d’avoir les nerfs qui lâchent.
Neymar triplait rapidement la mise de la tête. Mais le MHSC n’était pas détruit pour autant. Après une longue phase de possession, orchestrée par Savanier et Ferri, Khazri remettait du torse pour Wahi, qui butait sur Donnarumma. Khazri avait suivi pour inscrire son premier but (57è, 3-1).

Avec comme valeur ajoutée, se dire qu’il s’agissait tout bonnement du premier but encaissé par le Paris St Germain cette saison.

Malheureusement, Mbappé aggravait le score une nouvelle fois (69è, 4-1). Deuxième malheur, comme sur le troisième but, Sainte-Luce coupable d’une mauvaise appréciation. Lui qui était un des rares à avoir fait une bonne première mi-temps. Cinquième but même après, d’un nouvel entrant Renato Sanches (88è, 5-1).
Une addition trop sévère pour E. Tchato, qui conclura superbement un ballon en profondeur d’un nouvel entrant : Khalil Fayad (90è, 5-2).

Auteur de son premier but en deux matchs de Ligue 1, et d’un premier match satisfaisant, il pourra lui aussi repartir la tête haute, inscrivant le deuxième but encaissé par l’ogre parisien, dans son tableau d’honneur.

Du positif à retenir

Face à un groupe comme celui du Paris, inscrire deux buts, cela fait toujours du bien à la confiance.

Deuxièmement ne perdre aucun joueur, sur suspension ou sur blessure. Et pour finir, lancer des saisons : pour Wabi Khazri ou Enzo Tchato. Sans oublier la masterclass en début de match pour Jonas Omlin, qui montre peut-être au président, l’intérêt de le garder coûte que coûte ? L’occasion de revoir les hiérarchies au niveau de la défense aussi. En attendant une charnière Cozza-Estève ? Pour finir, première passe décisive pour le jeune du centre Khalil Fayad, tout comme le premier but pour Tchato.

A suivre…

 

 

 

Article précédent
[MHSC-PSG] Le 11 Pailladin !
Article suivant
Falaye Sacko : juste pas à son poste ?
Vous devez vous connecter pour publier un commentaire.

Quel mini bilan tirer à la trêve, après 8 journées ?