Que devient-il ?

[SRFC-MHSC] Que devient-il ? Victor Hugo Montaño

559

C’est au terme d’un match bien terne à la Mosson, que le MHSC s’est logiquement incliné deux buts à un face à l’Olympique Lyonnais. Les Montpelliérains qui devaient renouer avec les valeurs de la Paillade pour le premier match de Romain Pitau en tant qu’entraîneur, n’ont pas répondu présent face au défi physique imposé par les hommes de Laurent Blanc. Dans le dur depuis quelques semaines, le MHSC se déplace en Bretagne pour y affronter le Stade Rennais pour le compte de la treizième journée de Ligue 1. Cette rencontre est l’occasion idéale pour nous, de vous donner des nouvelles d’un joueur ayant porté le maillot du MHSC et du Stade Rennais. Le buteur de la Paillade : Victor Hugo Montaño.

L’Europe à 20 ans

Révélé lors de la Coupe du monde des moins de 20 ans en 2003, qu’il dispute avec la Colombie, Víctor Hugo Montaño débarque en France en 2004, à seulement 20 ans. Après avoir inscrit une trentaine de buts en un peu plus de 60 matchs dans son pays natal avec son club de Los Millonarios, Montaño signe à Istres, tout fraîchement promu en Ligue 1. S’il réussit à engranger du temps de jeu en disputant la bagatelle de 33 matchs, son bilan reste maigre avec 2 buts au compteur. Istres relégué à l’issue de la saison, le Colombien s’engage avec le MHSC, qui évolue alors en Ligue 2. Après des débuts relativement timides pour ses trois premières saisons (12 réalisations en 88 matchs) l’attaquant colombien explose les deux suivantes sous la houlette de Rolland Courbis, avec 15 buts inscrits en 2008/2009 et 11 en 2009/2010. Le joueur n’aura pas cessé de progresser durant les cinq premières saisons passées sur les bords de la Mosson.

Carrière :

  1. 2014 /2015 (janvier) :  MHSC (9 matchs)
  2. 2013 /2014 : MHSC (27 matchs)
  3. 2012/2013  : Stade Rennais (9 matchs)
  4. 2011/2012 : Stade Rennais (10 matchs)
  5. 2010/2011 : Stade Rennais (32 matchs)
  6. 2009 /2010 : MHSC (36 matchs)
  7. 2008/2009 : MHSC  (35 matchs)
  8. 2007/2008 : MHSC  (29 matchs)
  9. 2006/2007 : MHSC (26 matchs)
  10. 2005 /2006 : MHSC (33 matchs)
  11. 2004 /2005 : Istres (33 matchs)
  12. 2003/2004 : Millonarios Bogota (43 matchs)

Ses performances ne laissent pas insensible le Stade Rennais, alors à la recherche d’un attaquant. En 2010 le joueur colombien rejoint la Bretagne où il devient alors le buteur attitré du club. Malgré des débuts intéressants avec onze buts pour sa première saison, Montaño peine à convaincre. Le Colombien perdant peu à peu sa place de titulaire, une longue blessure au pied le met sur la touche lors de la saison 2012-2013.


À l’été 2013, après trois années passées en Bretagne, Montaño refait le chemin inverse et signe à Montpellier. Un retour mitigé, puisque le Colombien ne reste dans l’Hérault que jusqu’en janvier 2015. Il quitte alors la France pour retrouver l’Amérique latine en s’engageant avec un club du championnat mexicain.

Le buteur de la Paillade

Lors de ses deux passages à Montpellier entre 2006 et 2009, puis de 2013 à 2015, l’attaquant colombien a inscrit 54 buts en 222 rencontres.

Marqué par son passage dans l’Hérault, Montaño reste profondément attaché au club.

Une fois, mon fils qui n’a pas eu la chance de me voir jouer en France me demandait de lui montrer de quoi j’étais capable sur le terrain. Je suis allé sur Youtube et je suis tombé sur la vidéo où les Pailladins chantaient mon chant. Je l’ai montrée à mon fils car je ne l’avais jamais vue. Je lui ai dit, c’est les supporters de la Paillade, de Montpellier et ils chantent mon nom, il était content. Derrière, je l’ai envoyée à plusieurs de mes amis. Ça me touche. Quand j’étais moins bien, j’écoutais les supporters m’encourager avec ce chant et ils me donnaient de la force, je devenais un autre joueur, je devais tout donner et me battre. De temps en temps, avec ma fille, on le chante… J’en suis ravi. Pour moi, la Paillade, c’est tout.

Preuve de son attachement au club, l’attaquant franco-colombien rêve de revenir à Montpellier pour assister à un match aux côtés de ses supporters.

Aujourd’hui, je rêve de revenir à Montpellier pour voir un match et faire quelque chose que je n’ai jamais fait, me mettre à la Butte avec les supporters de la Paillade. Pendant 90 minutes, je m’en fous. Si c’est possible, on prend une petite bière, des sandwichs et on supporte les joueurs du MHSC. Dès que je reviens, on se retrouve pour l’avant-match et on fonce. Si je peux le faire, il n’y a pas le moindre problème pour ça.

Que devient-il ?

Retraité depuis 2019, le buteur de la Paillade coule des jours heureux en Colombie, son pays natal.

J’essaye de profiter un peu de la famille, j’essaye de profiter un peu des amis.

Le tout jeune retraité souhaite poursuivre son aventure dans le monde du football et réfléchit à une future reconversion en tant qu’agent de joueur ou coach.

J’essaye de voir si je peux continuer avec le foot pour devenir agent de joueur ou coach des attaquants.

Le joueur n’exclut pas l’idée d’un retour en France et plus particulièrement à Montpellier pour mettre au service du club, sa riche expérience professionnelle.

Joueur généreux, combattif et sympathique, le natif de Cali aura donc marqué l’histoire du MHSC avec lequel il a disputé 181 matchs et inscrit 49 buts dont celui de la victoire face à Grenoble lors du maintien miraculeux de 2007, devenant ainsi l’un des meilleurs buteurs de l’histoire du club.

Intégrera t-il l’organigramme du club en tant que coach spécifique ? Affaire à suivre !

Article précédent
SRFC-MHSC : la compo probable selon le Midi Libre
Article suivant
Veille d’Halloween et Montpellier fait toujours aussi peur (3-0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Laurent Nicollin a-t-il fait le bon choix en conservant Romain Pitau ?