Résultat

[ESTAC 0-1 MHSC] Sans briller, Montpellier arrache un succès capital

74

Le MHSC se déplaçait aujourd’hui face à un concurrent direct, dans la course au maintient : L’ESTAC. Les troyens dans la difficulté, un déplacement après une victoire, l’occasion de confirmer? Ce n’est malheureusement pas si simple. Et c’est d’une manière plutôt complexe que le MHSC va réussir à ramener les 3 points.

Elle aura été longue à se dessiner cette victoire. Et il y aura eu beaucoup de renversements. Mais qu’elle fait du bien ! Un match à 6 points, voire 9 ou même 12 points. Bref, un succès capital. Montpellier repart bien de son match, les 3 points en poche.

Le contexte d’avant-match

11 reconduit après la victoire face à Brest. La titularisation dès le départ de Wahi étant la seule nuance. Montpellier commence son déplacement à Troyes, ou le MHSC n’a plus perdu depuis 2008. Et en terme d’intensité, la balance penche du côté MHSC. C’est dire le niveau de confiance en face, de l’ESTAC, qui pédale dans la semoule, et dans la zone de relégation. Coté Montpellier, un brin de confiance est revenu après la victoire 3-0 pour le retour du coach, mais ce n’est pas le beau fixe pour autant, pour une équipe qui a besoin de confirmer.

Du jus mais pas assez

Dans le jeu ça se matérialise comment ? Des situations mais d’occasions. A l’instar d’Arnaud Nordin, aux allures du Zorro montpelliérain, lui et son masque après sa blessure à la pommette. Souvent dans les bons coups, il a baladé son latéral au marquage Papa Yade, sans pour autant trouver la faille, ni même le cadre.
La plus grosse occasion de la première mi-temps : une tête cadrée de Jullien, sur un corner.

Montpellier a la balle, et fait le jeu, dominant au nombre de passes, de centres, d’idée. De l’intensité, le MHSC en met aussi par son pressing. De la précision, c’est ce qu’il manque. Des schémas qui se répètent, Montpellier domine mais il manque un sursaut, un éclair, une magie. Comme le confirment certains avis sur les réseaux :

L’occasion en deuxième mi-temps ?

Dès la première minute, Teji Savanier se procurait la plus grosse occasion du match, et c’est dire. Une frappe des 25 mètres, au centre, mais puissante. Ballon repoussé. Dans la foulée, plusieurs ballons dans le dos de la défense, ou des bons centres qui amènent du danger. Le MHSC en est déjà à 9 corners, mais toujours pas…

Jusqu’à cette 55ème minute : Arnaud Nordin, le joueur offensif le plus en vue -devant Elye Wahi bien trop timide jusque-là- fracasse la transversale sur un ciseau dissimulé derrière un mouvement de reprise de volée. Le ballon revient dans les pieds de Jullien, trop grand pour tenter, à son tour, une reprise acrobatique pour catapulter le ballon. C’est elle la plus grosse occasion du match, et elle n’est pas dedans. On sait ce que ça veut dire : logiquement la prochaine balle de but devrait être pour Troyes. Si on admet que tout ce qui n’est pas concrétisé se transforme en danger.

Passé l’heure de jeu, le MHSC a tiré 16 fois contre 2 coté troyen. Toujours aucun but, ni même de danger réel. Petit coup de pouce, Papa Yade coupable d’un tacle physique, bien que pas méchant. Au pays du Western, ça vaut un carton rouge (0-0 67′). Et pour une fois, c’est pas contre le MHSC. Qui va donc finir en supériorité numérique pour la dernière petite demie-heure.

Un rouge qui peut tout changer ?

Il restera donc 20 minutes pour faire sauter le verrou. En face, l’ESTAC commence à se révolter, par son expulsion sévère, et par son constat d’être incapable de mettre en danger le MHSC peut-être. Mais toujours est-il, qu’on commencerait presque à s’inquiéter côté MHSC. Et on fait bien, après un contact anodin, l’arbitre se dirige vers la VAR. Changement de sentence : Teji Savanier expulsé pour une semelle au dessus de la cheville sur Rony Lopes. 2 cartons rouges, et honnêtement… C’est pas vraiment joli. D’un côté comme de l’autre, des contacts, du physique, mais est-ce que cela méritait deux cartons rouges ? Voilà la seule source de spectacle, qu’on n’obtient pas par les buts. Le MHSC sera privé de son maître à jouer, pour les deux prochains matchs.

Un rouge qui aura tout changé

Et finalement c’est le cas. Montpellier, privé de son maître à jouer, doit faire des changements. Fayad et Khazri rentrent, puis Germain. Sur une des rares dernières situations de Montpellier qui bétonne en voulant ramener son point du nul, ces 3 acteurs se mettent en action. Germain trouve Jullien, le ballon revient sur Fayad. Qui allume, ballon repoussé… dans les pieds de Wahbi Khazri qui conclut un but ultra précieux, (90+1 0-1).tant dans le résultat du jour, que pour la série à venir.

Coaching gagnant de Michel Der Zakarian. Les entrées de Fayad et Khazri, tous les deux directement impliqués sur le but de Montpellier. Car même le dernier changement : celui de Valère Germain, aura amené du mouvement devant. Bon dans les petits espaces, et cherché sur ce ballon qui amènera le but. Ils auront su dynamiser les dernières minutes du match.

Et bonifier, la deuxième victoire en autant de rencontre pour le MHSC. Qui accueille la semaine prochaine le RC Lens. Sans son leader, expulsé. Et peut-être même sans Léo Leroy, sorti sur blessure à la mi-temps.

A suivre…

 

 

 

Article précédent
ESTAC-MHSC : le onze pailladin !
Article suivant
Après son nouveau succès, Montpellier s’éloigne de la zone rouge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Voyez-vous le MHSC se maintenir en Ligue 1 ?