[MHSC 3-0 FCM] Au pied du mur, Montpellier écrase Metz, et ramène enfin cette victoire à domicile

147

22 ème journée et peut-être le match de la saison. L’un des matchs en tout cas. Toujours en quête de sa seconde victoire, le MHSC reçoit un autre mal en peine : le FC Metz.

Un adversaire pas forcément proie favorite

En atteste cette statistique édifiante : Montpellier n’a plus battu Metz à domicile depuis une décennie!

Outre la seule et unique victoire, outre les 5 victoires à la maison depuis Septembre 2022 (!), c’est donc un adversaire en quête de point, et bête noire qui plus est. Tâche ardue, mais pas impossible.

Le retour de Tamari pour faire la différence ?

Absent près d’un mois, puis incertain, Tamari aura beaucoup manqué dans l’animation offensive. Grand attendu dans ce match, et en se basant sur le dernier bon match de Nordin, il pourrait être une des clés de ce match. Permettra-t-il de relancer la machine Adams, grippée depuis un moment. S’il n’a pas marqué , il aura livré un grand match. Sorti sous les ovations de la Mosson.

Bon démarrage à froid

Les entames, ce mal récurrent, qui doit être traité, et qui l’a été aujourd’hui. La clé de ce succès même : premier ballon raté par Sagnan, mais Montpellier commence fort. Très fort. Savanier d’une très jolie feinte puis une combinaison pour Ferri, dans les petits espaces,  Jordan glisse un caviar sur Sylla. En face à face, le guineen ne tremble pas. La paillade exulte, 3 minutes seulement et le MHSC est en tête (1-0).

La gestion des temps fort est faite, place à celle des temps faibles désormais. Première énorme occasion pour Metz à l’issue d’un corner… du MHSC. Mikautadze seul en face à face s’en va pour égaliser… QUEL RETOUR de notre Joris. Un geste qui vaut comme un but (13′).

Ça va vite, et déjà Tamari a l’occasion de doubler la marque. Il anticipe la passe en retrait, mais manque son lob !!! Aïe aïe aïe. Pas encore critique, mais ça trottera dans les têtes si la Défense craque.

Sur l’action suivante d’ailleurs, après un gros contact non sifflé sur Tamari, Metz part en contre et égalise !!!! Lamkel Zé glisse le ballon le long du poteau (1-1) finalement refusé pour hors jeu. (17′) Quel coup de chaud. Le dernier avertissement après le sauvetage de Joris et ce but refusé.

Quitte ou double : se mettre à l’abri rapidement

Pour éviter le scénario catastrophe comme face à Lyon. On le sait Montpellier a du mal à tenir mentalement lorsqu’ils encaissent un but. Quitte ou double un peu .

Tamari fait du bien entre les lignes, on retrouve des combinaisons qui libèrent des espaces. Astucieusement, Ferri laisse passer le ballon entre ses jambes. Hefti frappe mais son ballon s’envole au dessus du cadre (20′).

Chotard y va de sa grosse frappe, comme lors de ses derniers matchs. Une nouvelle fois joliment sauvée par le gardien (26′). En un rien de temps, une phase offensive se retrouve en contre plus que dangereux pour Metz. Déjà deux cartons, les deux pour la charnière du MHSC. Ça aussi, ça pèse. Pour l’instant ça tient, mais on est à l’abri de rien.

En atteste ce sauvetage, un nouveau, de Chotard sur la ligne, après un corner.  Se rattrapant ainsi de sa chandelle qui a donné lieu à une nouvelle occasion messine, Mikautadze manquant de punir la paillade. Encore un sursis…

Le retour de Tamari fait du bien, c’est confirmé

Tamari par deux fois dangereux devant le but. Premier tir hors cadre, second ballon beaucoup plus dangereux. Il fixe et joue dans son dos, sur Ferri. Dans la position de Sylla sur le premier but, il ne parvient à tromper Oukidja. Nouvel arrêt décisif du gardien messin. (37′ 1-0). Qui récidive par la suite, encore sur une occasion amenée par Tamari. Frappe croisée repoussée. Nordin à nouveau bousculé, dans la surface cette fois… trop léger pour M. Stinat.

La 2ème mi-temps de tous les espoirs, et de toutes les craintes

Ça se jouera à rien. À un détail. À une conduite de balle. comme celle de Ferri, qui n’est pas parvenu jusqu’au but après une bonne déviation de Tamari, dès l’engagement. Comme première mi-temps, Montpellier rentre très bien dans le match.

Sagnan tombe à point

Ou ça se jouera à un corner, comme celui que vient gratter le MHSC. Une première fois ratée, la seconde est la bonne. Ballon déposé sur la tête de Sagnan. Le stade hurle. Le Stade crie. Le Stade chante. Montpellier enfonce le clou (2-0 51′). Son deuxième but, de la tête qui plus est (après Nice).

Une véritable libération, d’autant que, par la suite, messe tergiverse devant le but à l’image du Montpellier des mauvais jours. Lamkel Zé a un rien de réduire le score, est bien muselé par la charnière. Et sur les contres, c’est Tamari qui enflamme le stade par ses folles enjambées, toujours pas récompensées.

Le match retombe un peu en intensité, Lecomte vigilant sort une frappe vicieuse de Mikautadze en corner (70′).

La pression est sur les joueurs du MHSC , et le ballon brûle les pieds par moment. Temps fort messin après l’heure de jeu. Prestation solide de Sagnan derrière qui rassure. Le stade tremble une nouvelle fois, Sylla repousse par deux fois, un ballon brûlant devant la cage (76′). Très très bonne prestation du latéral ce jour, décisif défensivement comme offensivement, La réussite nous sourit aussi. Il faut de ça aussi, ce n’est pas volé…

Tamari obtient, Teji conclut, et la victoire est à nous

Pas en réussite depuis maintenant 12 matchs, il avait été laissé au repos. Également de retour de blessure, ce fut l’occasion de souffler un peu. De quoi lui redonner le sens du but ? Pas sur sa première action en tout cas. Tout seul aux 6 m, il manque le cadre… (75′). « Allez Jérôme, il y en aura d’autres », comme on se dit trop souvent en ce moment. Un but lui ferait autant de bien qu’à nous.

Tamari, très en jambe, provoque une nouvelle très bonne faute. Coup franc dévié par le mur et penalty!!! Le but du break est la. Une nouvelle fois il n’attend que nous. Teji……. fusille Oukidja et ramène officiellement les 3 points (3-0 85′).

Pas faute d’avoir perdu 30kg sur chaque incertitude de ce match. La paillade s’envole. Les supporters soufflent!!! Oh que c’est bon.

Le match prend fin lentement mais sûrement. Les jambes ne tremblent plus, et le jeu devient de suite plus séduisant. Coulibaly se la jouant « Tamari » et décalant Leroy. Frappe au dessus, mais c’est du football. Un match que les montpelliérains ont su faire tourner en leur faveur. Bravo messieurs !

À suivre…

Article précédent
[MHSC-FCM] Le onze pailladin !
Article suivant
Michel Der Zakarian : « On était dans l’obligation de gagner »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Maintien : Encore combien de point(s) manque-t-il au MHSC ?