Ce site est géré par un groupe de supporters et n'est pas un site officiel du club. Site officiel : www.mhscfoot.com

[Histoire d’une rencontre historique] Une victoire sur le fil au Stade du Ray

[Histoire d’une rencontre historique] Une victoire sur le fil au Stade du Ray

Dernière journée avant la trêve internationale de novembre 2021, le MHSC débarque en Côte d’Azur pour l’un des matchs les plus attendu de la saison. En effet même si du côté du vestiaire pailladin on ne tient pas trop rigueur du choix de Delort, les supporters héraultais en ont gros sur le cœur après le coup de Trafalgar de leur capitaine pendant ce mercato d’été. Même si l’absence du maître à jouer montpelliérain, Téji Savanier, les supporters auront à cœur que leur équipe livre une grosse performance à Nice comme lors des premières saisons après la remontée en Ligue 1.

Le choc des extrêmes

Le samedi 28 janvier 2012, le MHSC se déplace au Stade du Ray pour défier l’OGC Nice de René Marsiglia. Ces derniers connaissent un mois de janvier plutôt compliqué. La victoire face à l’AS Marck en 32ème de finale de Coupe de France reste la seule éclaircie dans le calendrier niçois. On pourra aussi retenir la qualification en demi-finale de Coupe de la Ligue au bout de la séance de tirs au but face à Dijon. Pour le reste, le Gym s’est incliné en 16ème de Coupe de France face à Rennes et lors de la 20ème journée de Ligue 1 à Brest. Au moment de recevoir le MHSC, Nice est relégable, occupant la 18ème place du championnat, avec seulement 18 points en 20 matchs. Du côté des hommes de René Girard, on se trouve dans une toute autre dynamique. Même si le mois de décembre a été décevant, le début d’année 2012 est plus qu’encourageant pour la paillade. Le club héraultais s’est défait de l’AS Prix-lès-Mézières et du Tours FC en Coupe de France et de l’Olympique Lyonnais en Ligue 1, sans encaisser le moindre but. Montpellier est deuxième à 3 points du Paris SG avant ce déplacement, et il faut continuer sur cette bonne série en 2012 pour conserver les chances de titre. A noter que Belhanda, Saihi, Camara et El Kaoutari sont absent car ils disputent la CAN.

Les compositions

OGC Nice :

D. Ospina, D. Fofana (K. Malaga 61′), K. Gomis, R. Civelli, D. Digard (C.) (C. Meriem 19′), F. Monzon, J. Sablé, K. Anin (C. Hennion 48′), F. Dja Djé Djé, A. Mounier, A. Guié Guié

Montpellier HSC :

G. Jourdren, G. Bocaly, V. Hilton (C.), B. Stambouli, H. Bedimo, J. Marveaux, M. Estrada, R. Cabella, G. Dernis (B. Koita 69′), K. Aït-Fana, O. Giroud

Un succès au bout de la nuit

Le match débute devant un peu plus de 7 000 spectateurs sous la pluie azuréenne. Et c’est logiquement les pailladins qui prennent le jeu en main, et se procurent les premières occasions à l’image d’une frappe puissante de Marco Estrada détournée en corner par Ospina, ou encore d’une percée de Cabella qui voit sa frappe passer à côté. Mais c’est juste après la demi-heure de jeu que Montpellier va avoir l’occasion d’enfin ouvrir le score. A la suite d’un centre dégagé sur le côté de la surface de réparation, Dernis récupère le ballon et se fait faucher par un niçois. Monsieur Ennjimi n’hésite pas et inique le point de penalty. En l’absence du tireur attitré, Younès Belhanda, c’est Olivier Giroud qui se charge de la sentence. Il s’élance tire sur la droite du portier colombien qui choisit le bon côté et sort la tentative de Giroud. On en reste donc à 0 à 0. Juste dans la foulée de ce penalty manqué, Nice va enfin montrer quelque chose. Sur un corner mal repoussé Dja Djé Djé frappe mais Jourdren parvient à détourner le tir de manière peu académique. Le score ne bougera pas jusqu’au coup de sifflet qui renvoie les deux équipes au vestiaire.

En début de seconde période, c’est encore Rémy Cabella qui s’illustre avec une frappe mais sans gros danger pour Ospina. C’est au tour de Giroud de tenter sa chance encore une fois de l’extérieur de la surface et force le dernier rempart niçois à s’illustrer. A l’approche du dernier quart d’heure, Estrada se charge d’un coup franc à environ 30  mètre de la cage azuréenne, il le tire à sa manière tout en puissance mais ne parvient pas à tromper la vigilance du gardien du Gym qui le claque en corner. Alors que l’on va entrer dans le temps additionnel, Bocaly se saisit du ballon et va littéralement enfoncer les lignes niçoises jusqu’au abord de la surface où il décale Olivier Giroud. Le numéro 17 héraultais contrôle et enchaine rapidement avec un frappe surpuissante du gauche qui ne laisse aucune chance à Ospina. Le portier niçois touche la balle mais sans parvenir à la détourner en dehors du but, ça fait 1 à 0 pour la paillade dans le money time. On en restera là dans cette partie et Montpellier continue à s’accrocher au Paris Saint Germain dans cette lutte pour la première place. Le résumé en image ici.

 

Laisser un commentaire

Fermer