Face à Lyon, la défense a montré ses limites

121

Une telle remontée n’avait pas été vue depuis la remontada du FC Barcelone face au Paris St Germain. En 40 minutes, le MHSC et sa défense se sont fait rouler dessus : 4 buts encaissés. 

Sans Kouyaté, la défense est perdue

Suspendu pour une accumulation de cartons jaunes, au même titre que Elye Wahi le sera face à Nantes, Kiki Kouyaté a manqué. Quelques mois après son arrivée, le numéro 4 s’est installé en patron de la défense. Et ça s’est vu dimanche : le très adroit Christopher Jullien, lorsqu’il est à ses côtés, s’est retrouvé pris de vitesse régulièrement, à l’image de ce dernier contact, scellant le naufrage montpelliérain. Flatteur, mais pas normal. Pas normal qu’en si peu de temps, une défense soit si dépendante d’un seul joueur. A ses côtés, Mamad’ Sakho, auteur pourtant d’une ou deux récupération décisives, a fait l’affaire un certain temps, mais c’est lent. Beaucoup trop lent pour suivre les rush lyonnais.

Les latéraux : cerise sur le gâteau

L’impact physique d’Issiaga Sylla aidait à faire pencher la balance du côté MHSC, lors de la première mi-temps. Mais sa sortie sur blessure, allait mettre le MHSC dans de beaux draps. A l’opposé, Falaye Sacko a été débordé tout le match. Répétant les boulettes du début d’année. Sans doute le symptôme d’une charge de travail trop importante pour la défense; lui qui enchaînait les bonnes prestations depuis plusieurs matchs. Comme avancé juste avant, l’absence du patron de la défense a semblé déboussoler chaque joueur.

https://cdn-s-www.leprogres.fr/images/5787A40F-2B7F-4EA4-9407-BA840BC8A1FF/NW_raw/but-de-dejan-lovren-(ol)-a-la-lutte-avec-falaye-sacko-(mhsc)-photo-progres-maxime-jegat-1683486044.jpg

Estève, entrée compliquée

Pas normal aussi de n’avoir personne pour redresser la barre. Maxime Estève, ex-pilier de la défense, revenait de blessure. Pas l’idéal pour se relancer, et ça s’est vu. Même si, à la 62′ et devant de 3 buts (1-4), rien ne laissait présager d’un tel naufrage. Les supporters pailladins étaient même heureux de pouvoir voir Théo Sainte-Luce, autre cador du début de saison, faire son retour.

MHSC : au Groupama Stadium, les Montpelliérains n'avaient pas la tête à défendre… - midilibre.fr

Les remplaçants n’ont pas aidé

Jordan Ferri n’a pas manqué de le mentionner, les remplaçants sont venus déstabiliser plus qu’autre chose le groupe pailladin. Peut-être pas pour rien, et peut-être pour éviter ça, qu’encore hier, Pep Guardiola n’a fait aucun changement face au Real de Madrid. Là où on attendait un renforcement, l’équipe s’est affaiblie. Léo Leroy, Valère Germain ou encore Stephy Mavididi sont rentrés beaucoup trop tendres sur la pelouse. En décalage avec l’équipe qui avait commencé le match, et qui connaissait donc l’intensité de ce match, face à tout de même, une équipe pas dans sa meilleure forme, mais pas avec des manchots devant : Lacazette, 24 buts désormais.

La fin de saison ne dépend pas de ce résultat, mais la déception reste immense. Encore plus lorsqu’on se rappelle de la physionomie de ce match. Une remontée sans doute encore pire que celle face à Lorient il y a de ça quelques années. On mettra du temps à l’oublier.

Article précédent
Convoqué en sélection, Elye Wahi retenu par Montpellier
Article suivant
[MHSC-FCL] L’Armata Ultras de retour en Corbières !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Quel a été le meilleur pailladin de la saison ?